Angkor, Angkor, Angkor ... We want more !

Première étape de notre périple au Cambodge : les merveilles d'Angkor and much more ...

 

Après avoir laissé une dent d'Arnaud dans l'A380 (avion à deux étages super stable), choc thermique sur le sol cambodgien : 36 degrés à Siem Reap. Les vacances vont être hot, hot, hot. Plongeon dans la piscine et nuit paisible avant d'entamer notre visite du jour : le petit circuit de la Cité d'Angkor ! Celle-ci compte parmi les plus grandes merveilles de notre planète. Construite entre le IXe et XVe siècle, Angkor nous livre un patrimoine unique, reflet d'une maîtrise technique et artistique parfaite. Ankgor fut la capitale de l'Empire Khmer. Elle abritait plus d'un million d'habitants sur un site d'environ 400 kilomètres carrés. Au fil des années, les rois, empereurs ont fait construire leurs temples, structures hydrauliques, ... Le site témoigne d'une civilisation exceptionnelle.

 

Nous serons accueillis dans la Grande Cité d'Angkor Thom par 108 statues sur la chaussée : 54 Dieux à gauche et 54 Démons à droite. Une fois l'enceinte passée, nous continuerons notre route pour découvrir le Bayon, édifice construit par Jayavarman VII. Le temple s'étage sur trois niveaux qui abritent des galeries, tours, enceintes et un sanctuaire central. Sa décoration est unique. Je ne m'attendais pas à voir autant de détails sur les murs. En effet, les bas-reliefs racontent la vie quotidienne avec beaucoup de précisions. On y voit des scènes domestiques mais aussi des batailles. Des représentations de marchés, fêtes, défilés militaires, combats mettent en scène jongleurs, lutteurs, femmes enceintes, crocodiles, éléphants, Khmers et leurs ennemis, ... On pourrait rester des heures à écouter les précisions (11.000 personnages quand même) du guide sauf qu'on a des enfants et que ça les passionne pas vraiment ! Un "je m'ennuie" d'Arnaud fait se retourner un visiteur français (ah oui, ici, il y a beaucoup de touristes qui parlent notre langue. Pour rappel, le Cambodge est une ancienne colonie française). Ah ces gosses ! On écourte un peu les murs et on décide de prendre de la hauteur et ça, ils aiment. Ils déambulent dans le labyrinthe du Bayon et découvrent ces 54 tours ornées chacune de quatre visages (quatre points cardinaux et quatre vertus de Bouddha : bienveillance, compassion, altruisme et équanimité). Il y a débat pour savoir qui est représenté sur ces visages mystérieux et sereins. Jayavarman VII ? Bouddha ? Pour nous, peu importe, ils nous ont charmés par leurs sourires ! 

 

Avant de reprendre la voiture, nous empruntons un pont chaussée de 200 mètres qui nous amène au Temple du Baphuon, un des plus vastes monuments d'Angkor. Nous y découvrirons la gigantesque statue du Bouddha couché, gravé dans la roche. Nous passerons ensuite près de la Terrasse des Eléphants avant de nous rendre au Temple Ta Prohm. En regardant les photos, vous reconnaîtrez peut-être le terrain de jeu d'Angelina Jolie dans "Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie". Les enfants ont adoré ce vaste complexe bouddhique encore créé par Jayavarman VII (pour sa maman). Ils se sont baladés, cachés, pris pour Indiana Jones, rien à voir avec les petits boudeurs matinaux. Ce temple a conservé son authenticité et son aspect initial. Il est niché dans la jungle et la nature y a repris tous ses droits. Les fromagers (nom des arbres à écorces blanches) ont pris entière possession des lieux. Ils poussent de partout, les racines se lovent avec les pierres (ou quand le végétal épouse le minéral : Joyeuse Saint-Valentin ;)). C'est juste magique. Un moment suspendu comme on les aime !

 

Notre dernière étape du jour, et pas la moindre, nous emmènera vers le Temple le plus célèbre (et symbole) du Cambodge : Angkor Vat. Sa fondation a débuté sous le règne de Suryavarman II (et non pas de Jayavarman VII pour ceux qui suivent :)) pour honorer la divinité Vishnou d'où sa construction exposée à l'ouest. Il représente les deux religions les plus importantes en Asie : hindouisme et bouddhisme. On doit vous avouer que nous aussi on s'y perd avec tous ces Dieux. Vishnou, Shiva, Brahma, Bouddha resteront pour nous des êtres énigmatiques :) Même si nous ne maîtrisons pas tout, nous admirons cet édifice majestueux, tout en équilibre. Les cinq tours en forme de bouton de lotus représentent les cinq pics du mont Mérou, lieu de séjour des Dieux. Contrairement aux petits (ils devront y retourner avec leurs enfants), nous avons pu accéder au troisième niveau et découvrir l'étendue du site. J'ai failli y laissé Gilles qui s'est appuyé sur une barrière non attachée ... Juste une petite montée d'adrénaline. Nous avons fait la photo typique de l'hypercentre du temple (un concitoyen s'est un peu invité avec nous mais tant pis). Ensuite, le guide a commencé à nous expliquer les batailles sur les bas-reliefs. On a reperdu les enfants et décidé qu'on n'analyserait pas les quatre galeries. On doit vous l'avouer qu'après huit heures de visite, l'option "je déambule tranquille dans les couloirs" nous convenait bien. Etant entré par l'arrière du bâtiment, nous avons ensuite découvert Angkor Vat dans toute sa splendeur. On ne se lasse pas de le regarder sur toutes ses coutures. On reviendra dans une autre vie pour voir le coucher de soleil sur cette merveille

 

Après un petit plouf dans la piscine, balade nocturne dans Siem Reap et découverte de "Pub Street". Comme son nom l'indique, vous pouvez y trouver des bars, des bars et encore des bars ;) Il y en a pour tous les goûts, des Happys hours à la pelle mais aussi des araignées en brochette (Alex n'a pas encore tenté). Nous sommes restés sages (parents que nous sommes devenus) et avons mangé dans un super restaurant indien avec, entre autres, des naans (pour remplacer les crêpes de la Chandeleur). 

 

Après une nuit et un petit dej au top, nous étions vaillants à 7 heures pour découvrir ... Quoi ? Je vous le donne en mille : un temple pardi ! Banteay Srei (Citadelle des femmes) ne peut rivaliser par sa taille avec Angkor Vat et Cie mais le charme opère directement. Loin de la foule, le silence amplifie nos sens (bon, c'est un peu contradictoire comme phrase, tant pis). Nous nous émerveillons devant les couleurs des pierres (grès rose) dont les teintes varient avec le soleil, le détail des sculptures, la multitude des motifs, ... exceptionnel ! Nous avons toujours nos deux aventuriers qui se racontent des histoires à dormir debout. Ouf, ils sont en forme. En écoutant un groupe de musique traditionnelle, les enfants remarquent que le guitariste n'a pas de jambe, le chanteur pas de bras, ... C'est là que l'explication de ce qui s'est passé au Cambodge arrive. Il n'est pas évident de comprendre cela à sept et dix ans mais on préfère mettre des mots sur les images (sachant qu'on visitera le musée du génocide et les champs de la mort à Phnom Penh). Du coup, Arnaud reste bien sur le chemin (fait assez rare) de peur de trouver une mine ... 

 

La suite de notre matinée était un peu sportive et spirituelle. Petit pèlerinage dans la montagne : retraite de Kbal Spean (La rivière aux mille Lingas). Le guide avait conseillé de prendre les maillots des petits car existence de chutes d'eau mais malheureusement pour eux, la sécheresse était passée par là. Malgré cela, l'ascension dans la forêt tropicale était sympa. Les petits ont escaladé les pierres (sans s'écarter du chemin !), se sont amusés sur des balançoires naturelles, ont découvert un nouveau nom (et nous aussi) : Lingas (symbole phallique représentant le Dieu Shiva. Moi je trouvais que cela ressemblait plus à de petits pavés. Et vous ?). Ici, mille lingas tapissent le lit de la rivière et on trouve également de nombreuses divinités sculptées dans la roche. L'eau s'écoulant sur ces scènes mythologiques est ainsi sanctifiée. C'est un véritable jeu de piste que de trouver toutes les sculptures par terre, sur les rochers, ... Gai, Gai, Gai !

 

Nous avons aussi découvert la vie dans les villages en rencontrant quelques familles khmères. Ils vivent généralement dans des "maisons" sur pilotis en clans. Les jeunes adultes restent avec leurs parents. Ils se nourrissent essentiellement de riz, poissons et de fruits. Des hamacs servent de lit pour tout le monde (les bébés s'endorment au gré des balancements). Ils sont tout le temps à l'extérieur (sur nos vacances, 34 degrés en permanence). Ils se contentent de peu contrairement à nous ... Il y avait un puits d'eau pour le village, quelques vaches bien maigres, des petits coqs qui se baladaient partout, ... Je garderai longtemps en mémoire les enfants jouant au foot avec une tong en guise de ballon.

 

Nos papilles se sont également ouvertes à de nouvelles saveurs, avec plus ou moins de succès. Les enfants ont adoré les bonbons réalisés à partir de la sève des fleurs du palmier à sucre - arbre symbolique du Cambodge. Récolte via des récipients en bambou accroché à l'arbre, ensuite filtrage du liquide obtenu et réchauffement de ce dernier dans de grandes poêles. Une fois un sirop obtenu, il est encore mélangé pour cristalliser le sucre et puis versé dans des petits cercles en bambou pour leur donner une forme ronde. Résultat ? Une sorte de caramel local ...  Le jus de palmier n'aura pas trop de succès chez les Back : Ca sent l'oeuf à plein nez. On essayera aussi le fruit du palmier. Pour le manger, il y a d'abord tout un travail d'élimination de la coque à la petite hache. On découvre enfin une sorte de substance translucide, gluante au goût de litchis. Arnaud a abandonné rien qu'à l'aspect, Alex a apprécié avec modération :) Vous comprendrez que le palmier à sucre est une source de revenus non négligeables. On utilise aussi ses feuilles pour réaliser les toits, son tronc pour fabriquer meubles, objets de décos, ... On pourrait reprendre l'adage d'une société bien connue de la région d'Aubel : dans le palmier, tout est bon ! 

 

Après nos essais culinaires, nous avons visité une réserve de papillons (Banteay Srey Butterfly Center). C'est une visite ludique pour petits et grands. Nous avons reçu des informations précieuses sur leurs métamorphoses. Nous avons même vu une chrysalide se transformer en papillon. Impressionnant de les voir en mouvement. Nous avons admiré les centaines d'espèces virevoltant dans ce jardin coloré. Mon homme s'est aussi amusé : preuve en photos ! C'est l'effet papillon 🦋😂

 

Après cette pause bucolique, nous avons dit encore Angkor au guide pour un dernier temple : Preah Rup. Il s'agit aussi d'un temple montagne. La taille des marches pour arriver au sommet nous a fait penser à la Grande Muraille. Contents d'avoir un peu d'entraînement ! De là haut, on peut observer l'étendue de la forêt et quelques temples au loin. Encore quelques photos et on reprend le chemin de l'hôtel pour profiter de notre dernière soirée à Siem Reap.

 

Avec nos mille photos, nos étoiles pleins les yeux, nos souvenirs, on dormira comme des bébés pour affronter la suite du voyage. Et vous ? Vous dites STOP ou ANGKOR ?

 

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Tania Loultcheff (mercredi, 20 février 2019 20:53)

    Ah le Cambodge. Un de mes meilleurs souvenirs. Le Bantaey Srei est un de mes temples préférés. Par contre, moi je me suis lancée le défi de l'araignée... Une fois pas deux � big biz à vous

  • #2

    Dom (jeudi, 21 février 2019 18:49)

    Tu as raté une carrière d'écrivain �, quelle plume.bonne continuation et bises à la famille

  • #3

    AFA (vendredi, 22 février 2019 01:31)

    Tania : Je pense que le défi de l'araignée restera au point mort ;) Il y a tant de choses à essayer ici en Chine : le concombre des mers, le durian, ... A quand ton prochain voyage en Asie?

    Dom : C'est sûr que cela change de l'analyse financière ;) Biz à tous