Les sourires, c'est ici. Dépaysement assuré !

Découverte de la minorité Dong and much more : gros coup de coeur ! ♥️ 

 

Nous avons profité de la semaine de congé des petits pour nous envoler vers le Sud de la Chine. Prenez votre carte pour repérer les régions du Guangxi et du Guizhou. Si vous venez par ici, on ne peut que vous les conseiller. Après avoir déposé nos bagages (et découvert notre super chambre familiale à mini prix), nous décidons d'explorer Guilin à pied. Nous sommes déjà impressionnés par le relief karstique qui entoure la ville. Des centaines de dents de dragons, pains de sucre, ... pointent leur nez dans un ciel sans nuage. Un adage chinois dit que "Le paysage de Guilin est le plus beau sous les cieux - 桂林山水甲天下." Nous nous baladerons le long des deux lacs (Ronghu et Shanhu), admirerons les pagodes du Soleil et de la Lune version jour/nuit, observerons nos compatriotes et leurs poses photographiques, jouerons à cache-cache sur la petite île, ... Tout cela nous a ouvert l'appétit. On se fera plaisir dans un bon restaurant indien. On diversifie notre nourriture avant une semaine 100% chinoise. Petite balade digestive dans la rue commerçante. On peut dire qu'ici, c'est vivant. Tous nos sens sont éveillés même l'odorat en passant devant les échoppes vendant du durian (fruit interdit à l'aéroport vu son odeur) ou encore toutes sortes de brochettes (je vous laisse imaginer de quoi elles peuvent se composer). Après ce bain de foule, nous admirerons une dernière fois les pagodes avant de rejoindre Morphée. 

 

Le lendemain, c'est une drache nationale qui nous réveillera. Il n'y a pas de secret, une nature si luxuriante a besoin d'eau, beaucoup d'eau, beaucoup beaucoup d'eau ! Après avoir pris des forces en mangeant des damplings (jiaozi, raviolis chinois), nous avons rendez-vous avec Lilly, notre guide. Elle nous a concocté une semaine pleine de découvertes. On est motivés comme jamais. Tellement positive que je me suis dit que le temps serait beau et que les shorts étaient de mise pour le triple A. Gilles a opté pour la solution défensive. Nous quittons donc Guilin tranquillement en nous laissant bercer par le son de la pluie et nous rendons dans la région du Guizhou. Il s'agit d'une des régions les plus pauvres de Chine. Elle est peuplée par un éventail d'ethnies minoritaires (56 ethnies en Chine dont 92% sont des Han). Les paysages montagneux conservent un caractère sauvage. Les routes peuvent être éprouvantes. Le trajet en voiture nous montrera en plus la conduite un peu spéciale du chauffeur : toujours se mettre sur la gauche (surtout dans les tournants), klaxonner, dépasser à 50 km/h. Cela rend Gilles fou ;) Après avoir emprunté les lacets d'une montagne, premier arrêt pour une Family Picture. Nos loulous, après dix photos ensemble, avaient déjà leur dose. Je pense que Lilly a vite compris que ce n'était pas leur dada ;) Donc, c'est sous la brume que nous découvrons Bapa village. Il est entouré de rizières. Il s'agit d'un village de la minorité Dong. Celle-ci possède encore de nombreuses coutumes et fêtes rythmant l'année agricole. Ils vivent en famille. Les personnes âgées sont très respectées et ont toujours le dernier mot. Les Dong sont réputés pour leurs constructions de ponts (pont du vent et de la pluie) et de tours en bois. Nous croisons un monsieur très souriant qui va travailler sous la pluie. Ensuite, nous irons voir le centre avec sa traditionnelle pagode (on en aura vu des dizaines). Les hommes sont assis autour du feu et finissent leur repas. Ils nous proposent d'essayer mais ici, la viande crue, on préfère éviter (maman et Valérie A, commande spéciale de tagliatas fondantes pour moi😀). Ils ont tous des essuies sur la tête. Ça surprend les petits qui vont vite s'y habituer. Nous échangeons quelques mots et surtout des sourires. Par la suite, nous faisons un arrêt à Xiaohang et admirons le travail des couturières. Elles sont super souriantes et leur costume est juste magnifique. Elles s'attèlent à réaliser le tissu typique d'ici. Il sera teint à l'indigo après. Elles nous prennent pour des fous avec nos shorts. Elles ont pitié pour les petits et n'arrêtent pas de dire "hen leng, hen leng" (très froid, très froid). Du coup, cela brise la glace et nous pouvons rire ensemble.

 

Nous restons plus longuement à Huang Gang. Nous déambulons dans les petites ruelles avec ses maisons typiques en bois. Nous sommes intrigués par ces petites cabanes au dessus de l'eau. Lilly nous explique que ce sont les toilettes. Comme chaque fois, on se doit de les tester 😆 On n'avait pas tout de suite imaginé que le trou donnait directement dans l'eau pour le plus grand plaisir des poissons (je me suis abstenue de mettre la vidéo de Gilles ...). Nous avons ensuite rencontré des personnes se réchauffant autour du feu. Les "hen leng, hen leng" sont revenus non stop. Je suis vraiment passée pour une mère indigne :"Mais non, ils n'ont pas froid. Ne vous tracassez pas". C'est Gilles qui jubilait avec son pantalon alors que mes genoux devenaient bleus :) On a adoré les échanges, sourires, essais de conversations, ... On se demande comment c'est possible de vivre si simplement. Mais c'est comme cela. On a bien rigolé avec la couturière. Que des échanges de fous-rires ... Spontanéité et naturel, ce qui me semble le plus important. Un monsieur nous expliquera la réalisation de l'alcool de riz (souvenir pour les copains de Gilles et l'enterrement de VDW). On verra aussi une bête de concours : un énorme buffle (papa, tu me corriges si c'est un taureau), nourri non stop pour faire des combats avec d'autres bêtes des villages avoisinant. La photo ne rend pas la dimension exacte mais il était impressionnant.

 

Après cette superbe aprem, direction Zhaoxing. Ce village est plus touristique. Bon, j'avais lu que c'était un peu Disney. On doit payer une entrée. On ne peut y accéder qu'avec des navettes. Le village (4000 habitants) est aménagé pour accueillir des touristes (restaurants, hôtels, magasins souvenirs, ...) mais finalement, c'est vraiment la vie locale de cette minorité que nous découvrons. Nous sommes en basse saison et profitons de la quiétude du village. Nous déambulons dans les ruelles, observant les maisons, ponts, ... Nous rencontrons des femmes lavant les légumes, tissant des habits ou préparant les tissus en tapant dessus au maillet (le martelage permet de faire pénétrer la couleur indigo). Certains sont rassemblés devant la télé commune, d'autres jouent aux cartes. Les enfants courent dans les rues. Lilly nous avait dit que la nourriture était moyenne. Du coup, on est entré dans le restaurant où il y avait le plus de monde. Et finalement, très bonne surprise. C'était excellent et l'accueil très chaleureux. Vu qu'il était tôt, on a décidé de se promener et nous avons été attirés par un bar avec de la musique live. Enfin, le serveur jouait de la guitare sur scène. Il avait une très belle voix. On était toute ouïe devant la version chinoise de Yellow (Coldplay), et puis notre attention a été détournée ... Une fille entre dans le bar, commande trois bières. On se dit qu'elle attend des amis. Elle ouvre la première, la boit. Puis sonne à une copine et elle commence à hurler GANBEI GANBEI et boit, boit, boit. Première expérience pour les "culs secs" version numérique (j'ai hésité à le faire pour mon annif vu que Gilles était en Belgique 😃 🥂mais j'ai tenu bon). Donc après trois bières, elle revient dans le monde réel, en commande deux et se tourne vers nous. Gilles accepte le Ganbei. Attention, il y a tout un protocole. Faire le tchin le plus bas possible en signe de respect envers la personne, montrer son verre vide et sourire. Du coup, elle discute, discute. Je ne comprends pas tout mais deviens son amie via "we chat" (application incontournable ici pour discussion, traduction, paiement, ...). Elle fera plein de photos avec nous. Elle aura quand même bu quasi cinq bières en trente minutes. On la laisse et retournons tranquillement à l'hôtel. 

 

Le lendemain (et avec des pantalons cette fois-ci), nous prenons de la hauteur à Tang'An. Situé à 935 m d'altitude, 160 familles y vivent et dominent les rizières. Le village s'ordonne autour d'une jolie place avec une fontaine d'eau. Une femme y lave justement ses légumes. Nous entendons les enfants qui sont à l'école, découvrons le travail en équipe pour construire une maison. Ici, aucun espace de terre n'est gaspillé. On découvre des mini potagers de navets, patates douces, radis, ... Ensuite, nous empruntons un petit chemin de pierre qui nous baladera dans les rizières en terrasse. Nous rencontrons des locaux au travail, peu de touristes (à part un couple de Français dont le papa provient de Cointe, marrant), et apprécions le silence et le décor. Nous descendrons dans ce paysage féérique pendant trois heures. Magnifique promenade dans les terrasses qui se termine par un bon repas : nouilles et sticky rice, miam miam. On se reposera un peu l'aprem, nous arpenterons encore les ruelles à la rencontre des villageois, achèterons une nappe made in China 😃. 

 

Après le resto (le même qu'hier), on va voir le spectacle de l'ethnie Dong. Le chant y tient une place importante. Un dicton dit : "le riz nourrit le corps et les chants nourrissent l'âme." Ici, le chant est un véritable mode d'expression et le centre de leur culture. La langue Dong est particulièrement adaptée. Le spectacle raconte une histoire d'amour impossible. Les acteurs portent de magnifiques costumes traditionnels. Les chants et danses sont variés ; les visages des acteurs rayonnants. On était en plus assis à côté de jeunes mariés qui s'étaient parés de leurs plus beaux costumes pour assister au spectacle. Une vraie immersion dans cette culture haute en couleurs.

 

On n'a pas opté pour la fin de soirée Gan Bei mais on a profité de notre dernier verre dans cette région magique. Le Guizhou restera gravé dans nos esprits. Et vous, qu'en pensez-vous ?

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Blaise Joseph et Lulu (mercredi, 24 avril 2019 15:25)

    Tout simplement magnifique ! le texte autant que les photos ….
    Continuez, bisous.