· 

Another brick in the wall

Cette fois-ci, c'est au musée que je vous emmène ... Bienvenue au Red Brick Art Museum.

 

Pourquoi descendre au centre-ville quand vous pouvez trouver un musée à deux pas de chez vous avec des expositions surprenantes et variées. En plus du côté culturel, il offre un jardin qui mérite de s'y perdre pendant quelques heures. Le Red Brick Art Museum a été construit en 2014 par l'architecte chinois Dong Yugan. Le complexe a une superficie de 20.000 mètres carré dont la moitié est consacrée aux expositions. Le jardin est surprenant. Comme vous vous doutez la brique rouge y joue une place centrale.

 

En juin 2021, à la recherche de lieux pour nous changer les idées (les perspectives de rentrer au pays étant complètement anéanties), nous avons décidé de découvrir ce site et son exposition "Le supermarché des images". Une sortie entre Belges sous le signe de la culture et du fun.  

 

Organisée au Jeu de Paume à Paris, cette exposition questionne l'économie des images en confrontant le public à l'omniprésence des images dans notre vie. Elle aborde la complexité des relations entre l'art et l'économie. « Nous habitons un monde de plus en plus saturé d’images. Leur nombre connaît une croissance tellement exponentielle – aujourd’hui plus de trois milliards d’images partagées chaque jour sur les réseaux sociaux – que l’espace de la visibilité semble être littéralement submergé. Comme s’il ne pouvait plus contenir les images qui le constituent. Comme s’il n’y avait plus de place, plus d’interstices entre elles. Face à une telle surproduction d’images, se pose plus que jamais la question de leur stockage, de leur gestion, de leur transport (fût-il électronique) et des routes qu’elles suivent, de leur poids, de la fluidité ou de la viscosité de leurs échanges, de leurs valeurs fluctuantes – bref, la question de leur économie. » 

 

D'entrée de jeux, nous avons été englouties par les images dans la première salle. Du sol au plafond, par le jeu des miroirs, des images sans fin ... Un peu de tout, du cinéma, des armes, des politiciens ... Plus d'une cinquantaine d'oeuvres nous font voyager : dessins, peintures, oeuvres numériques, photographies. A en avoir une indigestion ... Les artistes posent un regard incisif et vigilant sur notre monde. Finalement, ai-je vraiment retenu la leçon de l'expo "Le supermarché des Images"? J'ai été submergée par des milliers de photos, écouté avec stupeur les témoignages des travailleurs de l'ombre des réseaux sociaux, retrouvé les concepts étudiés sur les fondamentaux de l'économie néolibérale (Ah cette fameuse main invisible et le bon vieux EBITDA). Je me suis sentie opressée par les vidéos et les photos des mécanismes répétitifs ... et fait des photos de photos que je vous partage en espérant obtenir quelques clics ou like ... Bref, comme d'hab, une grosse réflexion sur le pourquoi de ce besoin de "partager, montrer, échanger, regarder, comparer, capturer, consommer, jeter ! "

 

Après ce passage dans le musée, on se dit que "all in all you are just another brick in the wall". Cependant, je préfère les briques rouges du Red Brick Museum que celles du clip de Pink-Floyd. Coup de coeur pour les jardins du musée :  rondeurs, faisceaux de lumières, jeux d'ombres, perspective labyrinthe et nature florissante. Après une petite salade en observant les canards, nous n'avons pas pu éviter de prendre la pause pour augmenter le stock d'images. Bref, je n'ai pas retenu la leçon ... CQFD !

 

 

 

Pour notre deuxième visite du Red Brick Art Museum, nous avons enfourché nos vélos et affronté les flocons de pollen qui tourbillonnent. Le musée n'est situé qu'à 7 kilomètres de la maison. Cependant, nous avons emprunté des chemins de traverse et nous sommes retrouvées dans d'immenses terrains vagues. Mon sens de l'orientation est toujours aussi mauvais (même avec le GPS) 😅 Gilles se demande comment je vais me débrouiller dans les métros de Tokyo 😏 En chemin, nous avons fait quelques arrêts. Je voulais montrer à Marie deux endroits sympas que j'avais découverts avant le Covid ... Nous avons flâné dans les jardins de la Green Tea House et observé les paons blancs majestueux. Ensuite, nous avons marché dans les Jardins du Restaurant Orchard. Les glycines, le pont, l'étang, ... Comme un petit air de Monet.

 

Nous avons visité l'exposition du Red Brick Art Museum. Visiter est un grand mot car je pense que nous n'avons pas compris la finesse de Xu Bing. Il y avait une pièce avec une fusée, des manuscrits de calligraphie chinoise, ... Nous avons ensuite visionné un film qui est en fait le coeur de l'exposition "Art Beyond the Karman Line" de Xu Bing, artiste contemporain, écrivain et maître en calligraphie. Il est reconnu sur la scène internationale. Personnellement, je ne connaissais pas le concept de la ligne de Karman avant. Pour les novices comme moi, il s'agit de la frontière entre l'atmosphère terrestre et l'espace. Elle se situe à une altitude de 100 km au dessus du niveau de la mer selon Theodore Von Karman. Mais qu'est-ce que l'art a à voir avec l'espace ? C'est bien cela toute la question ou le questionnement de Xu Bing. Il a décidé de lancer un projet avec la société I-Space. Ils ont conçu la fusée "Xu Bing Tianshu" (qui se traduit par le livre du ciel) sur laquelle ils ont apposé des caractères chinois sans lien entre eux et sans signification non plus. En fait, dans les années 80, son oeuvre majeure a été la réalisation du Tianshu ; un livre sans aucun sens avec 4000 caractères chinois inventés par lui-même .... Il les a gravés à la main sur des blocs de bois qu'il peut utiliser à l'infini pour les imprimer sur des livres ou même des fusées 🚀 ... Lors du lancement de la fusée, tu vois à partir d'un moment les caractères qui se décrochent et s'envolent. Puis après quelques minutes, la fusée s'écrase dans le désert de Gobi. Une fois retirée, il y a un cratère. Une de ses questions était de savoir si le cratère était une oeuvre d'art vu que formé par une oeuvre d'art ... Bref, je vous mets un lien en anglais qui explique sa démarche car je ne suis pas certaine d'avoir tout compris 😏 En écrivant cet article, j'ai apprécié en connaître plus sur cet artiste et ses rélfexions sur le pouvoir du langage et ses ambiguités, les illusions du réel, l'incompéhension des personnes pour conceptualiser des idées sur l'art et l'espace ... Je pense que pour lui : "Art has no limit !"

 

Dans les jardins, nous avons pu échanger avec Marie sur cette expo en nous baladant à travers les portes de lunes, les labyrinthes, ... Si vous êtes de passage à Pékin (un jour peut-être), allez-y !

 

A très bientôt 

 

PS: merci les filles pour les photos !

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    José CREUEN (dimanche, 24 juillet 2022 09:48)

    Un lieu magique pour les photographes. Des photos magnifiques, bravi! Pas trouvé le truc sur mon smartphone pour liker les plus belles, je mets donc un énorme LIKE pour l'ensemble. Et vivement Tokyo et le Japon. Bonne continuation. José

  • #2

    Amélie (dimanche, 24 juillet 2022 19:49)

    Bravo pour ce petit reportage sur un endroit à découvrir sans aucun doute ! On attend la suite !

Ce  blog  est créé par Anne-France Archambeau. C'est une invitation au voyage et à la vie d'expatriés en Chine 🇨🇳 

N'hésitez pas à nous contacter si vous voulez en savoir plus : af_archambeau@yahoo.fr ou suivez-nous sur instagram : backtochina.be 

Toute reproduction est strictement interdite.

 

 

Moteur de recherche : ICI