· 

Like a mountain

Il est temps de conclure ce splendide voyage dans l'Amdo. Nous vous emmenons dans nos sacs à dos à la découverte du Mont Amnye Machen !

 

Après les débats philosophiques des moines de Kirti, ce sont les discussions en chemin pour savoir si nous avons assez de couches. Depuis notre nuit de glamping, on se demande si on n'aura pas trop froid dans notre tente Quechua. Nos questionnements sont stoppés par la beauté des paysages. Tout au long du chemin, nous sommes encore éblouis par cette nature. On croise des yaks, des moutons, des aigles mais également des vautours caractérisés par leurs longs cous. Ça me rappelle le Cracoucass, gros souvenir des bd de mon enfance (n'est-ce pas Dominique ?). Nous nous arrêtons plusieurs fois pour profiter de cette ambiance. Nos pensées flottent au gré du vent. Nous croisons des camps de nomades disséminés dans les plaines tibétaines. Il s'agit des Grasslands de Machu (Province du Gansu). Nous avons adoré la plaine traversée par le ruisseau sinueux. En chemin, nous avons acheté deux couvertures en poil de yak, des chaussettes et un magnifique collant fourré. Nous avons ensuite visité le Monastère de Awangtsang Nyingmapa. Comme quoi, on n'en a jamais assez des monastères. Celui-ci semble fort rénové avec ses couleurs éclatantes. On passe trente minutes autour de l'énorme moulin à prières à observer les locaux. Je ne sais pas combien de tours ont fait les enfants ... mais je pense que leurs prières vont être exaucées.

 

Après avoir longé l'imposant Fleuve Jaune, nous arrivons à Jigdril, petite ville étape avant l'aventure, la vraie. Bon, c'est déjà chaud au moment de l'enregistrement à l'hôtel (un des seuls qui acceptent les étrangers). Pourtant, on a tout : des tests covid, des vaccins, des visas, les tampons confirmant nos 20 mois sans être sortis de Chine, des flèches et health kits verts, ... La dame stressée, prendra des photos de tout (enfin presque ...). Nous décidons de nous balader en ville pour faire les derniers achats avant nos trois jours coupés du monde. Quelques produits de première nécessité : eau, quatre vestes d'hiver (pas chères les North Fake, euh pardon North Face), gougouilles, ... et pour les soirées un peu des chips et du vin ! Pour le reste, nous faisons entière confiance à notre super duo guide/chauffeur (Gonkho / Damba). L'ambiance est assez spéciale dans cette ville, entre des grands sourires, des questions amicales et des regards curieux (craintifs ?). Les gens portent plus le masque qu'à Pékin. C'est aussi la première fois que des mendiants viennent nous demander, ainsi qu'aux locaux, de l'argent. Dans la ville, il y a une partie ancienne et puis une en pleine construction. Des bâtiments énormes sont érigés à l'effigie du parti communiste. Imposants, avec des barrières et des bannières rouges et jaunes. On sent comme une frontière entre les Han et les Tibétains ...

 

Nous avons passé une bonne nuit ; Ghonko, notre guide, un peu moins ... Il a dû gérer l'arrivée de la police à 23h à l'hôtel car il manquait la copie du visa d'Alex. Bref, après discussion tout est rentré dans l'ordre. En tout cas, à l'heure actuelle, je ne peux que vous conseiller de partir avec un guide de confiance. Ces petits soucis sont de toute manière vite oubliés quand on voit ce qui nous attend ... 

 
Encore quelques heures de route pour atteindre notre but ultime, le Mont Amnye Machen. Les enfants sont cools en voiture, musique sur les oreilles, le regard perdu dans les paysages (ou sur les tablettes aussi 😊). L’Amnye Machen, avec ses 6282 mètres, est l’un des sommets les plus élevés du massif montagneux portant le même nom. Il est situé dans la région du Qinghai. C'est l'une des quatre montagnes sacrées de l’Amdo. Il s’agit d’un lieu de pèlerinage pour les Goloks (population nomade vivant dans la préfecture autonome de Golok - Qinghai). Aux yeux des pèlerins tibétains, le mont représente la résidence de Machen Pomra, la plus grande divinité locale. A côté d’elle, il y a 360 dieux secondaires auxquels on rend hommage lors des pèlerinages. Les Goloks parcourent un circuit de circumambulation de 180 km autour des montagnes. Ce qui peut être très long surtout si l’on se prosterne tous les trois pas … Nous avons vu plusieurs personnes le long (sur) l'autoroute accomplir ce rituel très impressionnant qui nous suit depuis le début de notre voyage (vous savez, c'est ce que j'appelle les sortes de burpees).

Au loin, nous commençons à apercevoir ses cimes enneigées. Plus on s’approche, plus on s’émerveille devant cette nature préservée. Il est temps de trouver notre lieu de campement. Près d’une rivière, avec une vue imprenable sur le massif montagneux. Que demander de plus. On monte les tentes, les petits jouent dans la rivière. Nous voilà déconnectés de la vie quotidienne. Trois jours sans quasi aucun réseau, ce qui n’est que bénéfique pour nous (surtout pour moi qui suis complètement addicted). Finalement, on s'habitue à ne pas partager directement les photos aux parents même si on aimerait bien. Wish you were here ... ♥️ 

 

On laisse les enfants gambader sur les pierres et on va se promener avec Gilles. Juste magique. Un moment complètement suspendu et hors du temps. Cela me rappelle la méditation de la montagne : force, confiance et stabilité. Malgré les tempêtes, elle résiste ; elle demeure toujours profondément elle-même. Cela me parle tellement surtout maintenant car, où que nous soyons dans le monde, nous sommes touchés par des éléments non maîtrisables. Bref, je pense très fort à vous. Nous nous devons de rester positifs et attendre des jours meilleurs. Bon, après ce moment plus philosophique, j'ai aussi trouvé le titre de mon article : "Like a Mountain" de Birdpen. Vous vous souvenez du chanteur d'Archive avec les longs cheveux ? En fait, c'est son groupe qu'on avait aussi vu en concert à Liège (ouh les concerts me manquent). Allez, Let it hit you like a mountain !

 

Bon, je reviens à mes moutons et je retrouve mes petits loups en grande forme. Ils sont heureux de cette expérience. On prépare notre tente pour la nuit. On dort tous les quatre ensemble (dans une tente de trois). Rien que la chaleur humaine, ça va déjà aider à combattre le froid de la nuit à 4300 mètres d'altitude. Comme quand on partait en camping lors de nos premières années ensemble, Gilles organise tout. Chaque chose a sa place. Je me demande bien pourquoi ... Moi et le brol ? Jamais. Moi et mes sorties nocturnes ... "Elle est où la lampe de poche ? " Euh, après 20 ans de vie commune, il me connaît 😅. Pour ce trait de caractère, je ne tiens pas de ma maman. 

 

Le nuit tombe, de bonnes odeurs s'échappent de la "tente cuisine/dortoir". Gonkho et Danba nous préparent un super repas. On se met autour de la table et on échange longuement. Les enfants posent aussi leurs questions. C'est une soirée super agréable en bonne compagnie. On apprend énormément sur cette culture si différente de la nôtre. Les enfants joueront encore un peu sous les étoiles et un peu trop près de l'eau ... En rentrant dans la tente, on sent quelque chose d'humide. "A qui appartient ce pantalon de pyjama trempé et caché sous d'autres vêtements ?" Et qui dit pantalon mouillé, dit chaussures trempées ... Oh yeah. Devinez qui faisait une petite tête gênée. Bon, de toute manière, on ne sait rien faire maintenant. On verra demain. On rigolera beaucoup en jouant aux jeux des colonnes (trouvez un personnage de Marvel qui commence par A !). On éclatera de rire avec nos cheveux électriques et on s'endormira à 22h00 ... Enfin, surtout mes trois hommes. Ces nuits sous tente vont me permettre d'utiliser ma liseuse en version nocturne 😉 

 

Le matin, c'est juste l'émerveillement au réveil. La lumière est magique. Le déjeuner est comique. On goûtera la spécialité locale (tsampa) : farine d'orge, beurre de yak, eau chaude et du fromage râpé. En quelques mots, ça tient au corps et aux dents mais c'est riche en apports nutritifs. La facilité de conservation, de transport et de préparation se prête aux conditions de vie rude des nomades Tibétains. On mangera aussi des oeufs et des fruits pour être prêts pour notre rando en haute altitude. On replie le camp. On découvre que les deux SEULES paires de chaussures d'Arnaud sont en fait mouillées. Les baskets avaient bien aimé la rivière aussi. Ghonkho lui prête sa paire de rechange le temps de récupérer un peu de sec avec les rayons de soleil. L'espoir fait vivre. Allez, en route vers une nouvelle destination. 

 

Le Mont Amnye Machen, ça se mérite. On nous avait déjà prévenus de ne pas trop dire où nous allions ... La première famille nomade, en nous voyant arriver, n'avait pas l'air très emballée. La discussion entre Gonkho et le père n'a pas été concluante. Je vous passe les raisons ... On ne pouvait pas continuer sur cette route. Bref, on a fait demi-tour et on l'a joué version "on sort des sentiers battus". Montée rapide à flanc de montagne, à plat ventre derrière les herbes si une voiture passait, ... C'est avec le coeur qui bat la chamade que nous avons atteint les plaines, seuls au monde. Après ce petit moment de stress, nous avons juste profité de cette journée à 4400 mètres d'altitude de moyenne. Nous n'avons croisé personne à part des yaks, vautours et sorte de petits taupes/souris. Alexandre était en forme olympique. Pour Arnaud, c'était un peu plus dur. C'est vrai que la plaine avec ses multiples plans d'eau était fatigante ; tête baissée pour éviter les pièges. Et ce, même si les chaussures mouillées, ça le connaît ! Le ciel nous offre aussi des merveilles. On joue au jeu des nuages. Et toi, tu vois le dragon ? Après 12 kilomètres, on atteint le Machen Base Glacier. Comme partout, le glacier perd de sa superbe au fil des années 😢 Arnaud, lui la retrouve. Il ne reste que deux kilomètres avant de retrouver la route. Sans réseau, pas évident de contacter Danba mais on aperçoit rapidement la voiture dans la vallée. OUF ! Reste à trouver une famille nomade qui nous accepte. Notre guide a ses contacts et c'est près d'une ferme que nous poserons nos affaires pour deux jours. C'est donc au milieu des yaks, moutons et huit chiens qu'on dormira. Quelle journée. Les photos parlent d'elles-mêmes, juste splendide. Après un bon repas, c'est sous une pluie torentielle que nous allons dormir. 

 

Le lendemain, quelle surprise au réveil. La pluie s'est transformée ... Notre tente trône au milieu de la neige. Juste magique. Cela ne nous arrêtera pas pour notre ascension du jour. Tout le monde est en forme et motivé. Le ciel se dégage assez vite et nous voilà partis vers le Glacier d'Halong. Il s'agit du plus long glacier de l'Amnye Machen. Selon mes lectures, il aurait cependant perdu 1200 mètres de longueur en trente ans ... Les paysages sont splendides, les yaks somptueux, ... Le paysage varié entre plaines et montées dans les pierres. Il nous faudra trois heures (snack compris) pour atteindre notre record personnel : 4780 mètres d'altitude et une vue version "purée de pois". La neige et le brouillard sont arrivés et malheureusement, nous n'aurons pas une vue dégagée mais on est heureux de cette ascension à condition climatique variée. Franchement, c'est la première fois que je ressens un peu les effets de l'altitude et je ne suis pas mécontente de descendre même avec une neige battante. Le ciel se dégage plus bas. Nous sommes mouillés jusqu'aux os et on se pose des questions pour le lendemain. Normalement, un trek de 19 kilomètres vers le Yi Halong Glacier nous attend mais nos chaussures de marche sont trempées. On doit remballer le camp, marcher 8 heures avec des passages avec 50 centimètres de neige et  faire la route après jusqu'au dernier hôtel (avec contrôle) avant notre départ le lendemain vers Pékin. Du coup, on réfléchit bien, on réfléchit vite. On en parle aux enfants et on se dit qu'on va plutôt se la jouer cool. Après ces vacances superbes, ces paysages si diversifiés, pas besoin de remettre une couche qui risque d'être trop complexe. Nos trois jours ont été au top et donc autant garder ces images. On en parle avec Gonkho qui adhère à cette décision. C'est donc une soirée sympa qui nous attend. J'ai troqué mes chaussures de marche pour une duo chaussette-sandale du meilleur goût. Pas le choix, j'ai rien d'autres 😀 Avant le repas, on regarde les nomades rassembler les yaks. C'est un fameux travail dans des conditions climatiques complexes surtout en hiver. Pour notre part, on a passé un moment super sympa autour d'un hot-pot préparé dans la joie et la bonne humeur. Merci à notre duo guide / chauffeur. C'était délicieux.

 

Dernière nuit sous tente. L'air de rien, ça nous plaît et j'ai oublié de vous le dire mais on n'a pas eu froid du tout ! Finalement, après nos petits achats, nous n'étions pas si mal équipés. Notre réveil est encore plus blanc que la veille. La neige est en abondance ce jour. On ne regrette pas notre choix et on prend notre temps pour remballer toutes les affaires. Nous avons deux heures de route jusqu'à l'hôtel situé à Machen. Quatre personnes à la réception pour s'occuper de nous. Vingt minutes et des photocopies plus tard, nous avons les clés des chambres. On se pose juste quinze minutes avant d'aller manger. La douche attendra. Après trois jours sans, ce ne sont pas deux heures qui vont changer la donne 😊 Le repas est délicieux, l'ambiance du resto sympa, les gens bienveillants, ... que demander de plus ?

 

L'aprem et la soirée, on les passera à l'hôtel : douche, films pour les enfants, coups de fil et réseaux sociaux pour les parents. On reprend contact avec nos familles et amis. Tu as quand même toujours une crainte que quelque chose se passe mais finalement, tout allait pour le mieux, dans le meilleur des mondes. A part, les travaux de la route devant l'hôtel qui ont terminé à minuit ... Le calme de notre tente nous manquerait-il ? 

 

Voilà, c'est fini comme dirait Jean-Louis Aubert. Mais quel voyage ! C'est l'un des plus beaux que nous avons fait. Tout était réuni : nature, culture, échange, diversité des paysages et des enfants au top. C'est avec un petit pincement au coeur que je termine cet article car il n'y a pas de projets de vacances ni de retour belge prévus pour les fêtes de fin d'année. Je ressens un peu d'appréhension pour cette fin 2021 mais je suis certaine que tout ira pour le mieux. On pense très fort à vous. On vous envoie plein de courage en cette période complexe. Cependant, je suis convaincue que les sourires des enfants avec les Saint-Nicolas et Noël illumineront vos yeux. 

 

A très bientôt pour de nouvelles aventures (j'ai encore pas mal de photos et d'endroits à vous partager).

 

Gros bisous

 

Anne-France, Gilles, Alexandre et Arnaud

 

PS : Merci à Travel Stone Asia, Gonkho et Damba pour ce voyage hors du commun

PS 2 : N'oubliez pas d'écouter  "Like a Mountain" de Birdpen. Cette chanson me suit également sur le chemin rouge, "ravel" de mon quartier.

PS 3 : Quelques vidéos plus bas pour vivre en direct avec nous ces moments dans l'Amdo

 

Télécharger
Des yaks, encore des yaks et un vautour ...
B0691FAC-E074-4667-8A0A-2792D705AEF8.mov
Format Video QuickTime 36.5 MB
Télécharger
Les plaines tibétaines
0BA7EA6A-E33A-423A-A18B-80B1369C2F43.mov
Format Video QuickTime 42.7 MB
Télécharger
Au milieu coule une rivière
15F77DD6-C07D-4D6F-8121-9771B5E0765B_2_0
Format Video QuickTime 22.1 MB
Télécharger
Tsampa au petit dej ou Gilles l'acteur ;)
AA5A888C-A564-4A73-B009-9743BBB8B85D_2_0
Format Video QuickTime 33.0 MB
Télécharger
Non, ce n'est pas les bronzés mais comme eux, on essaie tout !
50A7DFB7-5BBD-4DCA-BEAA-F479C4887938.mov
Format Video QuickTime 47.7 MB
Télécharger
Non, ce n'est pas 4670 mètres, ...
D83CA2E4-4594-4493-A0A9-50257A62F35B.mov
Format Video QuickTime 22.3 MB
Télécharger
Glacier à 4780 et non 4870 ...
60FC7E0E-47FE-4B20-B3F6-D3D625160B3A_2_0
Format Video QuickTime 30.9 MB
Télécharger
Notre deuxième campement au milieu des moutons ou des yaks
497C6C74-2E1C-4392-AB58-D65F0994C047.mov
Format Video QuickTime 45.9 MB

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Aurore (mercredi, 01 décembre 2021 02:18)

    Absolument magnifique ! (Et très gai à lire) Et pour la suite, on fera en sorte que la fin d’année soit belle ��

  • #2

    Capucine Delhez (lundi, 13 décembre 2021 20:40)

    Waaa, magnifiques photos, j’espère que vous allez bien.
    j'ai juste une question, quand rentrez vous en Belgique ?

  • #3

    AFA (dimanche, 19 décembre 2021 15:08)

    Aurore, Encore 6 mois pour de belles découvertes avant notre retour �

    Capucine, nous allons bien. Retour prévu en Belgique fin juin. Biz à la famille

Ce  blog  est créé par Anne-France Archambeau. C'est une invitation au voyage et à la vie d'expatriés en Chine 🇨🇳 

N'hésitez pas à nous contacter si vous voulez en savoir plus : af_archambeau@yahoo.fr ou suivez-nous sur instagram : backtochina.be 

Toute reproduction est strictement interdite.

 

 

Moteur de recherche : ICI