· 

La Dolce Vita

Cap sur le Sud-Est de la Chine pour explorer la province du Fujian. Mer, plages, fleurs et architectures occidentales. Comme un petit goût de Dolce Vita !

 

Bienvenue à Xiamen, également connue sous le nom d'Amoy. Cette petite ville de quatre millions d'habitants (la notion des tailles n'est pas la même que nous 😊) est située au bord de mer et non loin de Taiwan. En réalité, la ville se trouve principalement au milieu des eaux car c'est une île. L'autre partie de son territoire est sur le continent mais tout est relié par divers ponts et tunnels. Dès notre arrivée, nous avons ressenti une atmosphère hyper décontractée. C'est vrai que provenant de la ville la plus sécurisée et la plus contrôlée de Chine, un peu de relâchement n'est pas pour nous déplaire. Nous voilà donc dans une des destinations les plus prisées des Chinois.

 

Elle fut créée au début de la dynastie Ming. Ces derniers firent de la ville un grand port maritime et un centre marchand important. Par la suite se succédèrent les Portugais, les Britanniques, les Français et les Hollandais avec l'idée de la transformer en port de commerce. Le port fut ensuite fermé aux étrangers et ouvrit à nouveau après la guerre de l'Opium. Elle tomba en 1841 sous l'occupation britannique qui en fit l'un des premiers ports de Chine ouvert au commerce international. Les puissances occidentales (même la Belgique) affluèrent et établirent leurs consulats sur l'Ile de Gulangyu. Xiamen tomba dans les mains des Japonais en 1938 et fut libérée en 1945. De par ce passé colonial, Xiamen et surtout Gulangyu gardent une atmosphère atypique. On trouve ici une architecture présente nulle part ailleurs en Chine. Nous avons été transportés pendant quelques heures en Europe. On est à la fois hors du temps et hors de Chine. Suivez-nous dans notre découverte. 

 

Dès notre arrivée, nous avons été subjugués par les fleurs, même le long des routes. Xiamen possède un climat subtropical avec une température annuelle moyenne de 21 degrés. Cela explique la végétation luxuriante. De notre hôtel, nous avons une vue dégagée sur l'île de Gulangyu. Les valises déposées, on part se balader pour découvrir les environs (Quartier de Zhongshan). Nous sommes assez impressionnés par le contraste des bâtiments. Entre rues commerçantes aux constructions flambant neuves en passant par des avenues de maisons délabrées. D'une rue aux murs "graffités" à des impasses en chantier. A côté, il y a des magnifiques hôtels ou tours d'appartements dont les fameuses soeurs jumelles qui me font penser à la tour des finances de Liège. On terminera notre balade par une petite Chouffe le long de la mer. Il y a des food trucks avec fruits de mer au barbecue et de la bonne musique. L'heure tourne et on a rendez-vous au resto avec un copain d'unif et sa compagne Jinman. Le monde est petit et on a retrouvé en Chine pas mal d'anciens étudiants de Liège et particulièrement de l'Ecole d'Administration des Affaires (maintenant HEC). Pierre-Yves habite la Chine depuis une bonne dizaine d'années. Cela a fait deux ans qu'on doit aller le voir à Shanghai et par hasard, on se retrouve à Xiamen. Comme quoi. Resto italien dans un quartier assez huppé de la ville au vu des voitures croisées : McLaren, Lamborghini, Porsche, ... Soirée sympa à échanger sur nos expériences ici et ailleurs.

 

Le lendemain, la vue sur Gulangyu est moins attrayante. On espère que le brouillard va se lever mais les prévisions sont mitigées. Nous nous rendons à la station des ferrys. Il y a du monde. En effet, tous les Chinois ont un weekend de trois jours car c'est le Qing Ming festival (fête des morts, j'en avais parlé lors de notre séjour à Yangshuo en 2019). On attend un peu et on apprend qu'ils viennent d'interrompre le départ des bateaux pour conditions climatiques. On doit patienter. Pour combien de temps ? On ne sait pas. Du coup, on discute avec Sophie, notre guide. Dans notre programme, il y avait un truc un peu spécial car on passait deux jours à Xiamen, puis deux dans les maisons Tulou et on revenait une journée à Xiamen. Un copain de Shanghai m'avait dit de changer mais c'était trop tard. Du coup, on en a profité pour switcher les programmes. On reviendra dans trois jours sur l'île et donc direction Xiamen City. 

 

Près de la gare des ferrys, nos regards ont été attirés par une grande structure métallique en spirale. En fait, il s'agit d'un chemin de 23 kilomètres qui parcourt Xiamen de long en large. En empruntant le Xiamen Shanhai Health Trail, vous avez une vue aérienne sur la ville. Tout est magnifiquement aménagé au milieu de la nature, au dessus des parcs, à travers les montagnes et les plages. Si nous avions eu six heures devant nous, nous aurions adoré le parcourir entièrement. Qui sait, un autre jour, peut-être ... Nous nous sommes ensuite perdus dans les ruelles du marché aux poissons - Ba shi. De toutes tailles et couleurs, entiers ou découpés, morts ou vivants, ... Des crustacés, des poissons, en veux-tu, en voilà ! Vous avez l'embarras du choix entre les centaines d'échoppes qui bordent les ruelles. Passage ensuite par le marché couvert avec les légumes et les viandes pour se retrouver ensuite dans les rues plus commerçantes de Xiamen. En quelques mètres, le changement d'atmosphère est surprenant.

 

L'après-midi, nous allons au Temple Nanputuo. Il s'agit d'un Temple bouddhiste datant de la Dynastie Tang et situé au pied du Mont Wulao (Mont des Cinq Vieillards). Il a été reconstruit à de nombreuses reprises. Vous y trouvez la Salle des Rois Célestes, la salle de la Grande Compassion, le pavillon du trésor ainsi que de nombreuses statues et écrits. Je dois vous avouer que les petits (Nous aussi ? Mais non 😀 ) ont l'impression que les temples se ressemblent tous mais on a trouvé ici beaucoup d'harmonie, de sérénité et de sourires. Le jardin devant le temple est très beau. Vous pouvez vous balader le long du plan d'eau et admirer les pagodes, lotus, carpes mais aussi la vue sur la ville (contraste entre temples et  buildings). Nous avons été interpellés par pas mal de Chinois pour faire des photos ou discuter un peu. Mention spéciale à ce Monsieur Sichuanais pour son sourire et sa bienveillance. On doit vous dire que depuis le Covid, certaines personnes ont peur de nous et s'écartent en nous voyant. Nous avons retrouvé ici un peu la vie d'avant. Derrière le temple, il y a un chemin de pèlerinage bouddhique grimpant le long de la montagne. Malheureusement, nous n'aurons donc pas la chance de voir les petits sanctuaires car le chemin est fermé. Une autre fois, peut-être ? En tout cas, nous vous conseillons d'explorer cet ensemble harmonieux au milieu d'un havre de verdure. Le temple est également situé à deux pas de l'Université de Xiamen qui fête ses cent ans en 2021. Vous pouvez aussi la visiter.

 

Nous finissons l'après-midi en mode farniente sur la plage. Les petits font des châteaux de sable, la baignade étant interdite. On admire les planches à voile. On scrute les séances photos des jeunes Chinoises. Tout est calculé, les positions hyper étudiées. Gilles se laissera tomber dans le romantisme ... en m'offrant deux magnifiques roses dont une bleue à paillettes. Aurait-il été forcé ? Mystère. On analyse également cette tradition bien chinoise : ici, c'est l'homme qui porte le sac à main. Gage de gentillesse et galanterie envers sa compagne. Pensez-vous que Gilles a succombé à cette coutume ? 

 

Pour ce soir, Sophie nous a conseillé un restaurant mais la file est longue. Au hasard, nous en trouvons un du Sichuan spécialisé dans les hot-pot. Cela nous rappelle notre séjour à Chengdu. Spicy un jour, spicy toujours 🌶🌶🌶. On passera une chouette fin de soirée en nous baladant au bord de mer avec les danses de groupes si typiques à ce pays. La montre d'Alex indique 30.000 pas ! Il est temps de se reposer pour la suite du voyage.

 

Après deux magnifiques journées dans les maisons Tulou (article à rédiger très prochainement), nous sommes revenus à Xiamen. Cette fois-ci, nous sommes chanceux car le soleil est au rendez-vous. On a bien fait de switcher nos plans ! Petite marche de cinq kilomètres sur le Xiamen Shanhai Health Trail avant notre traversée en ferry. Nous avons mis une vingtaine de minutes pour atteindre cette fameuse Ile  Gulangyu (traduite par "petite île de vagues tambourinantes"). Elle est également appelée l'Ile aux Pianos car de nombreux pianistes connus mondialement sont originaires d'ici. Il y a même un musée dédié exclusivement à cet instrument et un autre à l'orgue ; les deux instruments de ma jeunesse musicale (avec le saxo). Un petit clin d'oeil à mes musiciens de frères, les Archi Brothers, qui m'appelaient le "nain académique". J'ai souffert avec eux 😅 mais qu'est ce qu'ils me manquent !

 

Cette petite île de deux kilomètres carrés abritent 20.000 personnes. Ile verte et entièrement piétonne (même les vélos sont interdits), elle nous emporte dans une autre dimension. Comme expliqué, le port de Xiamen a été fortement prisé par les occidentaux. Suite au traité de Nankin en 1842, Gulangyu devint une enclave étrangère. La communauté internationale y possédait un journal, des églises, des bureaux de poste, des hôtels, des écoles et des consulats. En 1903, elle devint officiellement une concession internationale. De par ce passé colonial, nous  nous envolons en Europe. On se retrouve dans une petite ville bourgeoise de la fin du XIX ème siècle avec des maisons jaunes, vertes, ... Il y aurait plus de mille bâtisses. Certaines sont complètement laissées à l'abandon et la nature y a repris ses droits. Elles disparaissent sous les lianes rampantes. D'autres pourraient parfaitement convenir pour le tournage de films d'horreur. Les enfants regrettent de ne pas pouvoir y rentrer. A côté de cela, des maisons avec de magnifiques cours ont été transformées en hôtel ou bar tendance. Même les intérieurs sont décorés "à l'européenne". La végétation est luxuriante. De gigantesques ficus ombragent les rues piétonnes. Leurs racines sont prisonnières des murets. Les fleurs ont la part belle. Les bougainvilliers colorent les façades. Je retrouve même les espèces du jardin de ma maman. Je ne sais pas combien de photos de fleurs j'ai prises et envoyées à mes parents 😍 mais cet endroit les aurait subjugués. 

 

Gulangyu est une destination prisée des Chinois en quête d'exotisme. Nous aussi, on était à la recherche d'un petit coin de paradis ... En ces temps complexes, l'exotisme pour nous, c'est la Belgique 🇧🇪. Au départ, nous avons craint le flux de personnes. Cependant, une fois les rues commerçantes avec les marchands de souvenirs et snacks traversées, vous pouvez vite vous perdre dans les nombreuses ruelles et impasses. On a aimé observer les séances photos des nombreux mariés, enfin futurs mariés ... Car ici, les photos, c'est avant le mariage et super important. Le plus beau décor, les plus belles robes, les amoureux les plus glamours afin de montrer le plus extraordinaire album photos lors de la cérémonie officielle. Bref, le shooting photos, c'est du grand art et une véritable industrie en Chine. Cette île est "the place to be" pour les mariés.

 

Après avoir rencontré au détour d'une ruelle une copine belge de Pékin (small world, small world), nous avons visité le Jardin de Shuzhuang. Il est constitué de collines plongeant sur l'océan, de bassins d'eau, d'un sentier sur les falaises. Vous y découvrez trois techniques de jardinages spécifiques : la technique des éléments cachés, celle de l'utilisation de l'environnement ou encore celle de la combinaison des mouvements. Le mélange donne un jardin harmonieux entre terre et mer. Bref, les enfants ont adoré chercher les douze signes chinois à travers le labyrinthe de grottes cachées dans cet énorme mur de pierres. Le pont en zig-zag nous donne l'impression de marcher sur l'eau. Un moment, la musique classique frappe à nos oreilles. Nous nous approchons du musée du piano. Ce site abrite plus de cent pianos aux formes diverses et variées. Ils proviennent du monde entier. Coup de coeur pour le piano de coin 😜 Il est intéressant d'observer le détail des dessins gravés dans le bois également. Nous avons même eu droit à un petit concert privé. Arnaud était concentré sur les peintures des grands musiciens.

 

On pensait faire un break sur la plage. Cependant, se baigner est aussi interdit ici ... Pffff, "China so safe".  Du coup, on décide de grimper le Sunlight Peak (Riguang Yan), le point culminant de l'île (93 mètres). De là, nous avons une vue panoramique sur Gulangyu et Xiamen. Juste splendide et intéressant de voir l'étendue de cette île. Il est déjà 16h00, les petits partageront un petit snack dans une cour pleine de charme avant de reprendre les chemins de traverse à la découverte de maisons très originales : celle avec la façade triangle (souvenir du Flatiron de New York) ou encore cette ancienne banque au sommet de la colline. Alors que les étrangers admiraient sa situation, les Chinois quant à eux la désapprouvaient en disant que c'était contraire aux règles du Fengshui. Comme quoi, les cultures sont différentes à bien des égards ...

 

Le soleil commence à se coucher. Il est temps de reprendre le ferry. Cette fois-ci, nous atteignons Xiamen en six minutes car le trajet est différent. En voiture pour notre dernière nuit ici, dans un hôtel perdu dans la végétation et non loin du Jardin Botanique. A mon arrivée, je remarque tout de suite la phrase sur la porte de l'hôtel : "There is a crack in everything. That's how light gets in !". C'était le titre du précédent article avec les paroles de Léonard Cohen. Un signe ? Notre chambre est superbe et les enfants adorent l'idée de dormir sur un tatami. Vu qu'on est loin de tout et que Gilles a une réunion professionnelle à 21 heures, on mangera à l'hôtel ... enfin, à côté. Il y a un énorme complexe avec salle de fête, salles privées et restaurant. Le choix du repas a été cornélien. On a essayé d'éviter les choses trop "originales". Cependant, on aura eu de nombreux fous rires dans notre grande pièce privée. Je vous laisse découvrir cela en vidéo.

 

Comme vous pouvez le constater, nous avons expérimenté la Dolce Vita dans le Sud. A défaut de pouvoir revenir en Europe, on découvre les perles chinoises. Comme m'avait conseillé Brigitte, passer une nuit ou deux à Gulangyu peut être un choix judicieux pour profiter pleinement de ce petit bijou. 

 

 

J'espère que vous gardez votre positivisme. Nous pensons fort à vous et nous réjouissons de vous voir bientôt. Continuez à nous donner de vos nouvelles.

 

A très bientôt pour la découverte de maisons à l'architecture atypique : les Tulou !

 

Biz de nous quatre

 

La Back family

 

PS : J'ai écrit cet article en écoutant les titres "Dolce Vita" de nombreux artistes : Nino Rota, Zazie, Ryan Paris, Christophe (et ses reprises), Mr.Oizo, ... Je suis moins fan du style de Booba 😊 Sorry. Et puis, j'ai mis un peu de Coldplay dans ma play list, même si Viva la Vida est une expression espagnole ! Soyons World comme dirait mon beau-papa ♥️ 

 

Télécharger
Danse de groupe !
D127A0B6-9901-48D2-B616-2C8FE9ED2295.mov
Format Video QuickTime 51.2 MB
Télécharger
Difficile de savoir sur quel rythme danser 😉
17E58DB4-D81F-44EB-950D-1325F2082F69.mov
Format Video QuickTime 40.8 MB
Télécharger
Ambiance musicale sur la plage
276DA6DA-07A1-4112-BE81-C4FD91ABBC0B_2_0
Format Video QuickTime 27.7 MB
Télécharger
Pas toujours évident de choisir nos plats ...
9EB66D51-F1FD-449D-B436-A419CC4FD018.mov
Format Video QuickTime 46.2 MB
Télécharger
Fou rire culinaire
5F4D99E0-936D-47C1-B649-8C2FD7768F5D.mov
Format Video QuickTime 44.6 MB

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Claudia (dimanche, 25 avril 2021 15:11)

    beautiful landscapes, photographs and narrated story ;-)

Ce  blog  est créé par Anne-France Archambeau. C'est une invitation au voyage et à la vie d'expatriés en Chine 🇨🇳 , à Pékin.

N'hésitez pas à nous contacter si vous voulez en savoir plus : af_archambeau@yahoo.fr ou suivez-nous sur instagram (annefrancearchambeau).

Toute reproduction est strictement interdite.

 

 

Moteur de recherche : ICI