· 

I want to ride my bicycle, I want to ride it where I like

S'il y a vraiment un moyen de transport extraordinaire pour visiter Pékin, c'est celui-ci : la bicyclette. Enfourchez votre deux roues et pédalez avec nous.

 

Ici, le vélo ne fait pas "dring-dring" mais "ling-ling" ... En fait, "ling-ling" signifie en chinois le tintement des pièces de jade. C'était ce nom que deux copines françaises, Corinne et Julie, avaient choisi pour constituer un petit groupe qu'elles emmenaient dans de nombreux quartiers pékinois. Grâce à elles, à leurs reconnaissances et à de bons coups de pédales, nous avons visité de nombreux coins de cette ville. En 2020, cela a été plus complexe de faire des sorties suite à de nombreux quartiers fermés mais nous avons continué, des fois en plus petit groupe. C'était toujours un plaisir d'être de la partie et de découvrir Pékin autrement. Entre les ruelles des hutong et les grands boulevards, entre les monuments historiques et les petits cafés sympas, entre histoire et bonne humeur, nous avons eu notre lot de surprises et d'émerveillement. A toutes celles qui ont participé et à nos deux pros des bons plans, un tout grand bonjour !

 

On a aussi eu l'occasion de pédaler dans Pékin by night en famille avec César, un guide espagnol. Super sortie avec les enfants (peut-être l'objet d'un prochain article 😏). Et donc, de nuit comme de jour, en hiver comme en été, il est toujours agréable de sortir le deux roues. Ce n'est pas Marie, mon amie et dénicheuse de bons plans qui me contredira ! Vu que nous habitons dans le Nord (ou la campagne pour certains citadins), nous ne sommes pas les pros des petites ruelles, et donc je suis toujours avec entrain mes copines. Je vous présente nos deux sorties de ce début d'année. Belle balade !

 

Sur la piste des églises et librairies pékinoises

 

Le 13 janvier 2022, munies de nos énormes manteaux et bottes fourrées, nous étions prêtes à affronter le zéro degré et pédaler. Marie m'a préparé une balade thématique. Un ciel bleu éclatant et de la bonne humeur, le duo gagnant pour dénicher des lieux atypiques. Vu que la dernière fois, j'avais crevé mon pneu, j'ai donc opté pour le vélo partagé. C'est hyper pratique et pas cher du tout. Notre première halte se fait devant l'église de Kuanjie, église protestante d'un blanc immaculé et à l'architecture assez sobre. Elle était malheureusement fermée mais elle se situe dans un endroit apaisant près d'un canal et d'un petit parc. On y a croisé une vendeuse de Tanghulu. Je vous avais déjà parlé de ces fameuses brochettes de fruits au sucre caramélisé. C'est une institution à Pékin. Du coup, j'ai craqué pour les fraises et les ai ramenées à mes deux loustics. 

 

Nous continuons notre route en faisant le tour de la Cité Interdite. Il n'y a rien à faire, cela m'impressionne toujours de passer devant cette gigantesque place Tian An Men. En face, le portrait de Mao, protégé par des centaines de caméras et de gardes, nous observe. On fait une petite escale photo devant la tour nord-ouest de la Cité Interdite. Elle est souvent prise d'assaut par les photographes quand Pékin se recouvre d'un beau manteau blanc. Et on a été servi de neige ces deux dernières années ! Nous passons ensuite devant l'ancien site de la Bibliothèque Nationale. Malheureusement, l'accès nous est interdit mais nous restons quelques minutes à admirer ce bâtiment impressionnant. Il est protégé par deux majestueuses et imposantes statues de lions. Ouverte en 1931, la Bibliothèque abrite l'une des plus grande collection de livres au monde. La plupart des oeuvres se trouve sur le nouveau site, beaucoup plus moderne (Haidian district). Cependant, de nombreux livres anciens et des archives des dynasties impériales sont encore conservés ici. 

 

Ce que j'aime avec Marie, c'est qu'elle tente (cela lui viendrait de sa maman 😉). Une porte est fermée ? Alors, on frappe. On discute, on promet de ne pas rester trop longtemps et des fois, cela marche ... Pas toujours mais des fois. Ce fut le cas avec la Cathédrale du Saint-Sauveur (Cathédrale de Xishiku ou Beitang ou Cathédrale du Nord située dans le district de Xicheng). Nous avions déposé nos vélos devant l'énorme porte en bois. Par chance, quelques personnes "bien apprêtées" sont sorties à ce moment là. Nous avons mis le pied dans la porte et avons demandé au garde pour entrer. Après avoir essuyé deux refus, avoir montré nos health kits et discuté un peu, il a fini par céder ... Nous avons ainsi découvert ce trésor caché. Construite à la fin du 19ème, de style néo-gothique, elle intègre des éléments d'influence chinoise dans ses ornements extérieurs (pavillons chinois traditionnels aux toits de tuiles vernissées jaunes) mais aussi intérieurs (regardez bien les vitraux). Une longue allée nous mène vers cet édifice superbement entretenu. En chemin, nous rencontrons un couple de jeunes mariés très sympas. A l'intérieur, nous nous baladons dans un silence religieux et observons les vitraux, les imposantes voûtes, l'orgue, le modeste autel et ces étranges fonts baptismaux. Nous avons vraiment aimé ce lieu. Malheureusement, des amis, voulant y aller quelques jours après, y ont trouvé porte close suite à la recrudescence du Covid ...

 

Notre bolide nous conduit plus à l'Ouest à destination de la Librairie Zhengyang Shuju. De la rue, on peut voir au dessus du mur de briques une belle pagode en pierre de neuf étages (vieille de 800 ans). Il s'agit de la pagode du vieil homme de Wansong, un moine bouddhiste qui vivait dans une forêt de "dix milles pins". En passant la porte d'entrée, on se retrouve dans une petite cour intérieure avec une belle végétation (qui doit être luxuriante au printemps) entourée de bâtiments en bois rouge. Poussez les portes et plongez dans l'histoire de Pékin grâce aux milliers de livres rassemblés par un propriétaire passionné, Cui Yong. Vous y trouverez également de magnifiques cartes illustrées, des services à thé, des documents historiques et des chats 🐱. Pour les amateurs d'histoire, culture ou encore de folklore sur la capitale chinoise, c'est "the place to be". 

 

Nous reprenons un peu d'énergie autour d'un petit café et d'un lunch au 1901 Café. Cette vieille bâtisse élégante de trois étages a été construite en 1901 (pourquoi chercher midi à quatorze heure ?). L'ambiance est chaleureuse. Les escaliers, poutres et meubles en bois y sont  pour beaucoup. On semble être dans une autre dimension en entrant ici. Le temps se fige. De nombreuses personnes sont attablées à lire un livre, travailler, se reposer ou discuter. L'atmosphère qui y règne donne envie de rester mais nous avons encore de la route. On y reviendra une autre fois. 

 

En selle les amis ! Cette fois-ci, c'est dans le temple du consumérisme qu'on vous emmène : Les Galeries Lafayette de Pékin. A quelques jours du Nouvel An chinois, les couleurs rouge et or sont omniprésentes. Ça sent le parfum et la course aux cadeaux. Mais pourquoi se perdre là, me direz-vous. En fait, on vous donne rendez-vous dans un endroit complètement "instagrammable" : la Librairie Zhongshuge Lafayette. Il s'agit d'une des librairies de la chaîne Zhongshuge. Il y en aurait une vingtaine en Chine. Toutes sont caractérisées par un design exceptionnel. Celle de Chengdu, par exemple, a des allures de cathédrale avec des alcôves, colonnes et plafond miroir (je reste dans notre thématique 😉).  Les personnes viennent pour acheter des livres mais aussi  (surtout ?) pour vivre une expérience ...  Dans celle-ci, on se balade entre les différentes pièces en passant par des portes rondes, typiques des jardins traditionnels chinois : les portes de la lune. On se perd dans ce labyrinthe de miroirs. Ces derniers permettent de donner du volume et d'agrandir l'espace en donnant l'impression d'infini. Le jeu des illusions d'optique est omniprésent (entre réel et irréel). L'espace enfants représente une ville chinoise sous un ciel étoilé et dressé sur une carte du monde.  Vous verrez dans nos photos qu'on a bien aimé l'expérience et que nous nous sommes données à fond au jeu des selfies miroirs ... En chemin, nous avons croisé Tintin mais aussi François Hollande ... Si vous voulez vous imprégner de l'ambiance, checkez sur internet Zhongshuge bookstores ou visitez le site web des créateurs : X + Living Architecture. 

 

Pour la prochaine étape, on rentre complètement dans le thème avec une librairie lovée dans une église anglicane. Bienvenue à Mofanshuju. Pas de jeux de miroirs ici mais une splendide bâtisse avec des voûtes et coupoles boisées, des vitraux, un piano,  ... Un espace poétique selon les propriétaires. On n'y trouve pas seulement des livres mais aussi des objets divers et variés. J'ai eu un coup de coeur pour leurs affiches dont celle du film "Une vie simple" qui prend une autre dimension en cette période Covid (pensée pour mes amis du LFIP). 

 

Nous poursuivons notre route en levant nos têtes pour trouver des clochers avec des croix. Au loin, on aperçoit celui de la Cathédrale de l'Immaculée Conception. Comme nous avions été chanceuses pour visiter la Cathédrale du Nord le matin, on tente le coup avec celle du Sud. Elle est en restauration depuis 2018. Marie tente le coup quand même. Mais le garde ne veut pas nous laisser entrer. Il fera juste une "superbe" photo pour nous. On ne peut pas gagner à tous les coups. 

 

On ne se laisse pas abattre après un refus. Après avoir roulé dans les hutong de Liulichang et de Dashilar, on se retrouve à la Libraire PageOne, située au Sud de la place Tian An Men. Cet énorme magasin organisé sur trois étages et ouvert 24h/24 offre une large variété d'ouvrages dont une section de livres en anglais. Ça tombait bien car je devais trouver un cadeau pour l'anniversaire d'Alexandre : un livre de Stephen King ! Mention spéciale pour son concept librairie "with a view" sur les bâtiments historiques de Pékin. 

 

Le temps passe vite quand on s'amuse. Il est temps de reprendre le chemin du retour. Cependant, nous trouverons encore à nous arrêter et à admirer pas mal de coins. On posera nos vélos quelques minutes dans le Quartier des Anciennes Légations. En face des bâtiments en briques rouges qui abritaient la légation belge, on trouve l'Eglise Saint-Michel. Nous y sommes passées quelques fois mais la grande barrière noire est toujours fermée. 

 

Nous allons maintenant à toute allure à travers les hutong. Ce que j'apprécie dans ce retour, c'est le contraste des architectures. Entre les maisons à un étage des hutong et la Tour la plus haute de Pékin ou encore le fameux bâtiment  blanc de Galaxy Soho tout en rondeur. 

 

Bref, je ne peux que remercier Marie pour cette magnifique journée pleine de découvertes. Merci pour le partage des photos et des textes. Si vous désirez les localisations exactes, contactez-nous ou checkez l'instagram de marie.cruysmans. Je vous retrouve après les photos pour une autre balade pékinoise, à la découverte de Xihai. Je vous jure, je serai moins longue 😂 

 

PS : Grand clin d'oeil à la team Ling-Ling qui nous a donné goût aux escapades à vélo 🚲 

PS 2 : N'oubliez pas de visionner les vidéos pour vous imprégner de l'atmosphère ... Rendez-vous à la fin de l'article 🦆 🦆 🦆 

 

 

A la découverte de Xihai 

 

Comme vous vous souvenez, mon article précédent "Instant Crush" était dédié aux Lacs Shichahai. Cependant, il était un peu incomplet car je n'étais jamais allée jusqu'au Lac Xihai (le lac de l'Ouest). Du coup, j'ai proposé cette destination à Marie. Elle m'a concocté un programme assez ambitieux pour l'atteindre. Excusez-moi d'avance car je le ferai plus court vu que vous commencez à connaître comme votre poche la Tour du Tambour, de la Cloche, les hutong autour de Shichahai, ... 

 

Le 10 mars, sous un ciel couvert  (vous avez dit pollué ?) mais avec des températures printanières, nous reprenions nos fidèles vélos jaunes. Nous avions comme objectif de visiter quelques temples mais ils étaient souvent fermés ... Alors, nous avons déambulé autour à pied ou à vélo et avons poussé les portes de magasins au concept insolite. Dans le quartier de Dongzhimen, nous nous sommes perdues dans la jungle du café Urban Green. Nous avons visité un magasin d'instruments typiquement chinois : le Guzheng. Un endroit que mon accousticien de frère aurait adoré vu le matériel exposé. Nous sommes ensuite rentrées dans le café Frienday, il s'agit d'un concept store où tu peux boire un café en même temps qu'acheter ou réparer ton vélo. Le cadre est super sympa. A côté, on a vu une boutique de "Madame Irma". On ne s'y est pas aventurée. On ne sait jamais si elle m'annonçait une mauvaise nouvelle (quoique j'aurais peut-être été prévenue de ne pas m'aventurer dans une ruelle ... voir la troisième partie de cet article 🦆). 

 

Nous avons été refoulées au temple bouddhiste de Tongjiao si et avons continué notre route après avoir rencontré les trieurs de carottes. Actuellement, vous pouvez constater que rentrer dans des temples ou églises n'est pas une tâche facile. Le Covid et une réunion au sommet du gouvernement en sont, entre autres, les raisons. Nous mettons donc le large vers le Temple des Lamas et de Confucius. Visités trois ou quatre fois, nous n'y sommes pas retournées mais avons découvert des petites boutiques sympas : un magasin de meubles hyper bien agencé ou encore une véritable caverne d'Alibaba aux milliers de souvenirs. On y trouve un peu de tout : des services à thé, des bracelets, des pierres, des cages à oiseaux, des objets en bois et même des grillons ou criquets (animaux emblématiques mais ne me demandez pas de les distinguer). Concernant ces insectes, vous les croisez souvent en rue. Leurs propriétaires les promènent dans leur petite cage.  Ils sont des fois entraînés pour se battre ou encore pour chanter. C'est une véritable institution et passion pour de nombreux Pékinois. 

 

Non loin de la Tour de la Cloche, nous découvrons une énorme bâtisse. La porte est à moitié ouverte. Nous décidons de la pousser et nous voilà devant un énorme chantier un peu abandonné. Un projet avorté de restaurant ou d'hôtel ? C'est toujours impressionnant de voir ce qui se cache derrière ces murs. Des fois, j'aimerais être une petite souris pour visiter ces magnifiques maisons de hutong. Certaines sont de véritables palaces. Comme vous savez, elles n'ont qu'un étage (elles ne peuvent pas être plus grandes que la Cité Interdite). Du coup, les propriétaires jouent d'ingéniosité et construisent des palaces en sous-sol. N'est-ce pas Marie ?

 

A vélo, comme à pied, on a la chance de vivre des moments de la vie quotidienne. On aime observer les seniors jouant au Majong ou encore ces jeunes mariés en pleine séance photos. Comme je vous en avais parlé lors de notre périple à Xiamen, le mariage est un fameux business ici (chez nous aussi d'ailleurs). Les mariés sont toujours accompagnés d'un photographe et d'une ou deux personnes qui les maquillent ou recoiffent. Devant la Tour du Tambour, pas moins de quatre couples de mariés. Il y en a pour tous les goûts avec même un beau bouquet de tulipes en plastique. Après le blanc des robes des mariées, un peu de couleurs avec un chien arc-en-ciel. Il m'a bien fait rire et je l'ai recroisé trois jours plus tard. Un signe ?

 

Nous faisons le tour du Temple Taoïste de Huode Zhenjun, dédié au Dieu du feu et datant de la Dynastie Qing. Malheureusement, il est fermé (vous êtes étonnés ?). Curieuses, nous regardons à travers la fente de la grande porte rouge. Nous y voyons un conciliabule de moines. De l'extérieur, le temple a l'air d'être bien entretenu. Je le rajoute sur la liste des choses à voir avant notre départ. Qui sait ...  Il est déjà 13h30, il est temps de manger une petite pasta à Eatalia en terrasse avec vue sur les toits des hutong. Stéphanie, une suisse-américaine, nous rejoint pour partager notre repas. Elle nous expliquera son travail et expérience à l'Unicef, passionnant et déstabilisant !

 

Allez, on a traîné et on se rend compte que le tour de Marie était un chouïa ambitieux ! On va quand même rouler jusqu'à ce fameux lac de l'Ouest, Xihai. On pédale le long de Qianhai et Houhai, ... Les conducteurs de tuk-tuk font un break. Une longue pause même vu le peu de touristes en vadrouille. On checke si nos amis plongeurs sont là. En effet, présents comme toujours. En maillot, le long du lac, c'est quand même plus évident avec 15 degrés. On fera une belle photo de Marie sous le toit végétal de cet "éco-hutong" comme elle l'a surnommé. Nous voilà arrivées à Xihai. Il est déjà tard et nous n'avons plus beaucoup de temps. En plus, le ciel gris et la végétation timide ne lui donnent pas sa juste valeur. On se rend compte qu'on n'a pris quasi aucune photo sauf une de deux Chinois qui nous regardaient comme si on était des extraterrestres. Du coup, j'y retournerai en avril et vous le partagerai sous un meilleur jour. Les hutong autour sont très beaux et méritent qu'on y passe du temps. On a découvert un hôtel avec des lapins amoureux mignons, encore beaucoup de boutiques/ dégustation de café. Cette boisson a le vent en poupe. Nous sommes aussi passées devant la Résidence du Prince Gong. En fait, je me rends compte que je mélangeais deux endroits au nom plus ou moins identiques. Me revoilà avec deux autres choses à visiter ... Ça tombe bien, on est bloqué à Pékin ! Le tout est de se la jouer à ne pas être au mauvais endroit au mauvais moment. Je vous explique ce jeu grandeur nature dans la dernière partie. Rendez-vous plus bas pour l'histoire du canard laqué 🦆 !

 

 

 

In the Wrong place at the wrong time

 

"I was in the wrong place at the wrong time. For the wrong reason and the wrong rhyme. On the wrong day of the wrong week. I used the wrong method with the wrong technique". Ces quelques paroles de la chanson Wrong de Depeche Mode ont résonné longtemps dans ma tête ces derniers jours. Je vous explique en quelques mots. La politique zéro covid est déjà complexe à la base mais avec l'arrivée d'Omicron, c'est vraiment la merde. Ça fait plus de deux ans que nous vivons non stop avec ce virus mais il n'avait jamais été aussi proche de chez nous. Le 11 mars, on détectait un cas positif à deux kilomètres de la maison. La sanction est directe : tout le compound du pauvre gars est en lockdown. Ça veut dire un millier de personnes qui ne peuvent plus bouger de chez elles, des barrières autour, une quarantaine de cosmonautes devant la propriété pour désinfecter les colis, des tests massifs. Avoir le Covid en Chine, c'est juste la misère car on est montré du doigt et on met dans l'embarras tous les voisins, collègues, école des enfants, ... Personnellement, je m'attendais à un cinquième homeschooling mais ils adoptent une stratégie différente. De ce point de vue, c'est pas mal. Les enfants sont testés toutes les semaines et chaque jour de pris est pris.

 

Bref, tous les jours, nous recevons une liste d'endroits où il vaut mieux ne pas avoir mis les pieds. Hier, par exemple, il y avait 53 places. Comme vous le constatez sur la photo, les heures peuvent être très précises. Êtes-vous passé le 3 mars de 10:03 à 10:45 à la toilette numéro 4 du deuxième étage du bâtiment B ? Des connaissances, par exemple, sont allées le même jour qu'un cas Covid chez Décathlon ou encore au Sam's Club (genre de Makro) et ont écopé de deux semaines bloqués à la maison avec un détecteur de mouvements sur la porte. Plusieurs copains, de retour de voyage d'affaires de Shanghai, ont dû également rester enfermés une dizaine de jours. C'est un peu la roulette russe. Shanghai qui avait été très préservée se retrouve à faire des tests massifs à répétition, du homeschooling et les quartiers sont en lockdown pour de longues journées. Du jamais vu. Trois grandes villes sont complètement en lockdown. Quand je dis grande ville, c'est genre 12 millions d'habitants comme Shenzhen.  Cela me ramène trois mois dans le passé avec Xi'An bloqué lors de notre voyage au Xishuangbanna.

 

Pour ma part, j'ai reçu plusieurs coups de fil le jeudi 17 mars. Le premier en chinois me demandant où j'habitais. Une fois ma réponse donnée, on me raccroche au nez ... Après,  je reçois deux autres coups de fil mais je ne réponds pas car on dîne et la plupart du temps, ce sont des publicités. Finalement, à 19h00, le Comité de Quartier m'appelle et me demande si je suis allée manger du canard laqué du 10 mars à 10H30 au 15 mars minuit. Là, ça commence à bouillonner. Suis-je allée au restaurant ? Oui, mais ce n'était pas un restaurant chinois. Du coup, on va à la réception pour vérifier où ce fameux resto se trouve. Un petit stress car on parle du quartier de Dongzhimen où on avait organisé une soirée pour nos annifs le 12 mars. On peut vous dire que c'était la soirée de la dernière chance. Juste au bon moment. Un énorme merci à mes partenaires d'annif Gilles, Seb, Marie et nos invités pour cette soirée lumineuse.

 

Après cette mini parenthèse, je reviens à mes moutons, enfin non à mon canard. Du coup, on regarde où se situe le fameux endroit où j'aurais été bornée avec mon téléphone. La piste de la soirée est vite mise de côté. C'est pas là, OUF. En fait, après un message à Marie, je vérifie notre parcours à vélo du 10 mars. Nous sommes passées pas loin du resto, à 10 Km/h. Je montre mon parcours au Comité de Quartier et il me demande si c'était avant ou après 10H30. Oufti, la pression monte. Je regarde les photos, les applications sportives, ... Je suis passée par là entre 10:45 et 11:15 mais je ne suis pas rentrée dans ce resto ! Je peux leur prouver. Après discussion, ils me disent que nous allons devoir rester trois jours en quarantaine tous les 4 et qu'un médecin viendra nous tester deux fois. J'indique que mes trois hommes ont déjà fait 2 tests sur 3 jours en début de semaine. On rediscute. Ils finissent par dire ok pour un jour enfermé à la maison et un test covid pour tous. Je trouve cela complètement absurde car je ne suis pas allée dans ce restaurant. Il est 22H30. On est assez énervé. J'informe l'école de l'absence des enfants le lendemain ... A 23h50, on reçoit un message du gouvernement local disant que notre cas a été discuté ... Pas de quarantaine et juste un test pour moi. La pression descend mais le mal est fait. Tu te rends compte que tout peut basculer très rapidement. J'ai quand même dû signer un document sur l'honneur que je ne suis pas allée à l'intérieur. En cas de mensonge, tu peux être tenu légalement responsable de la propagation du virus ... Ici, ça ne chipote pas. Il y a trois jours, un article mentionnait que le patron du fameux restaurant de canard laqué était "under investigation" car il n'avait pas enregistré ni pris la température de tous ses clients. Une personne ayant menti sur le fait qu'il n'était pas allé dans ce restaurant a aussi été attaqué. On ne plaisante pas avec le Covid. Vu les contrôles via les téléphones, les caméras omni-présentes, il vaut mieux respecter les règles. C'est pas la première fois que mon téléphone émet un signal alors que ceux des autres non. Il est hyper sensible et les conséquences sont importantes ici. Je vais repasser au vieux Nokia 😅

 

Finalement, les conséquences n'ont pas été si graves mais je vous jure que vous ne vous sentez pas très bien pendant ces longues heures ... A minuit, mon heath kit est devenu orange (home observation) mais tout est vite revenu à la normal après mon test covid. Je n'ai malheureusement pas pu participer aux 40 ans de Marie. Cette balade à vélo devait être la troisième partie de l'article et non cette histoire de canard 🦆 Bref, c'est pas grave. J'ai vécu par procuration cette escapade sous la neige 🥰

 

Nous gardons tous les quatre le moral. On espère que les trois derniers mois vont se dérouler sans trop de problèmes. On se dit qu'on est tous ensemble, en bonne santé, bien entourés de vous tous et que nos familles vont bien. Le fait d'ouvrir la télé nous calme très vite par rapport à ce que d'autres vivent pour l'instant ❤️

 

A très bientôt pour une autre aventure à Pékin je pense ! On trace notre route !

 

Télécharger
Toujours un sentiment étrange en passant ici
trim.E30EC10E-5022-4AF3-8C36-196524E73A1
Format Video QuickTime 11.8 MB
Télécharger
A bicyclette … dans les ruelles de Pékin
trim.0813CFC4-31CD-4749-A9BB-DB5BCE8B7F6
Format Video QuickTime 5.5 MB
Télécharger
Ambiance matinale dans les hutong
trim.8B99B58D-1C48-4AAD-8D9D-AE19E531249
Format Video QuickTime 6.0 MB
Télécharger
Ce qui passe sur les réseaux sociaux actuellement
trim.39C47940-F6D4-4979-AD51-3C741EF838E
Format Video QuickTime 2.7 MB
Télécharger
Cette mamy a fait le tour de Chine
trim.29728FF1-5B58-43F6-8739-58D6D8D0B3C
Format Video QuickTime 1.4 MB
Télécharger
Ghostbuster version Covid
26015D2D-4B73-415F-8916-772A169671E4.mp4
Fichier Audio/Vidéo MP4 2.2 MB

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Ce  blog  est créé par Anne-France Archambeau. C'est une invitation au voyage et à la vie d'expatriés en Chine 🇨🇳 

N'hésitez pas à nous contacter si vous voulez en savoir plus : af_archambeau@yahoo.fr ou suivez-nous sur instagram : backtochina.be 

Toute reproduction est strictement interdite.

 

 

Moteur de recherche : ICI