Avant le départ

Un déménagement ? Une valse à 3 temps, une valse à 1000 temps ...

Première expérience d'un déménagement. Ce n'est pas une mince affaire mais ça permet de faire le vide :)

 

Gilles déjà parti vers l'Empire du Milieu, il revenait aux Liégeois la sympathique tâche de vider 10 ans de souvenirs. Car en quelques années, avec deux loustics, on en emmagasine des choses. Tout y est passé, de la cave au grenier, sans oublier le jardin ... A coup de photos et mails, on a donné, prêté, jeté, mis en lieu sécurisé (enfin, on espère que Baronheid est un endroit sûr), ...

 

Les questions existentielles étaient : De quoi avons-nous besoin là-bas ? Qu'est-ce qui part en bateau ou dans nos valises ? Que mettons-nous dans le garde-meuble ? Qu'est-ce qu'on laisse à Liège (fonction des souhaits des locataires) ? En effet, en parallèle, il y avait la recherche des personnes qui allaient habiter notre maison toute rénovée (elle n'a jamais été aussi belle vu les travaux réalisés pour ses 10 ans, un vrai ravalement de façade !) et le choix de notre nouveau "chez nous" à Pékin. 

 

Deux sociétés de déménagement sont venues pour déterminer la taille du container, expliquer ce qu'on pouvait ou ne pouvait pas prendre ainsi que les démarches administratives ... Ah oui, l'administratif est partout. Armez-vous de patience est mon maître mot ! Donc, une fois qu'on a su la date exacte de notre départ (hum hum, le fin juin est devenu le 18 août), j'ai commencé mes caisses (caaaiiiiiiiiiiissses comme on dit en bon Liégeois). J'ai beaucoup pensé à mes amies fan du zéro déchet, aux livres de Marie Kondo ("La Magie du rangement" ou encore  "Ranger : l'étincelle du bonheur"... Ça fait rêver hein ?), à la société de consommation (ou même surconsommation) et me suis jurée d'être plus organisée pour le retour (et SURTOUT de réfléchir à deux fois avant d'acheter quelque chose - Et je tiens !!!).

 

Comme demandé par la société de déménagement, on a également fait un magnifique tableau excel pour les marchandises envoyées par bateau. J'ai pris énormément de plaisir à chercher toutes les références des Lego (et les emballer dans du beau papier bulles), écrire les titres des 300 BDs ("Chou, c'est quand même important de prendre mes BD"), faire des photos de chaque objet. J'avais également commencé à écrire une ligne par vêtement (type, couleur, taille, marque, prix, ...) mais quand ils nous ont indiqués (un peu tard) que seuls les habits d'une valeur supérieure à 400 euros devaient être répertoriés, ils ont fait ma journée. Le bonheur de supprimer toute une colonne excel, j'adore :)

 

Sur les deux mois, je pense être allée au moins 20 fois au parc à containers avec des feuilles, des branches, des vieux cours, des gravas de la cave (elle est plus propre que lors de notre achat en 2007), des briques, des plastiques, ... Finalement, je venais avec des figues du jardin pour les ouvriers :) 

 

Bon, elle n'avait que ça à faire la fille, me direz-vous ... oui et heureusement (pour mes proches :)) ! Entre les visites, la super annulation de notre première locataire (qui malgré trois passages à heures différentes n'avait pas compris que la Rue Wazon était une rue de passage), les revisites un mois après du coup, la vie avec deux bonhommes sans leur papa mais dans le lit de leur maman chaque nuit, les fêtes sans mon homme, les papiers, la vente de la golf, le petit (euh GROS, ENORME) stress de tout quitter, les cours de chinois, d'anglais, les vaccins, les visites médicales, les retrouvailles à Pékin, les multiples changements sur nos dates de départ (entre janvier et août 2018, c'est quand même 8 mois, non?), le pneu crevé (enfin, explosé), la gestion de la fin des travaux (et ces fameuses boîtes aux lettres du 87), les aurevoirs, les retours de Gilles, ... Pour ma gestion des émotions, c'était suffisant (mais ces mois ont été merveilleux !).

 

J'étais super heureuse, quand Gilles m'a annoncé qu'après six semaines d'absence, il serait de retour pour le chargement du container. Afin de fêter cela, il avait invité les pongistes et ping ladies pour le match de foot (veille du Jour J). Etant un peu sur les nerfs, un "comment ça va ?" du Grand Jacques a réussi à me faire éclater en sanglots. C'est chaque fois pour sa pomme :) Pauvre Jacques, ta reconversion est toute trouvée ! Après une remise au point du couple Back-Archambeau, j'ai pu apprécier à sa juste valeur ce moment footballistique.

 

Le jour J (19/06), un énorme camion se garait devant chez nous. Par chance, il est arrivé car il a eu un souci technique sur l'autoroute. Du coup, il ne savait plus bouger et une dépanneuse est venue avec un autre camion. Ça fait du bazar tout cela. En tout cas, un déménagement avec un société spécialisée, c'est cool. Ils prennent dans les armoires et emballent, ils démontent les meubles en deux temps trois mouvements, ... (si j'avais su qu'ils transvaseraient mes caisses dans leurs caisses :)). A trois, ils ont été super efficaces. L'aprèm, un élévateur venait récupérer les cartons, notre lit, les armoires, ... A 16h00, l'affaire était dans le sac. On disait au revoir à nos biens pour deux, trois (voire même quatre) mois. Et Gilles me dit, tu vois qu'il ne fallait pas stresser (J'aime mon homme!). Bon, au vu des étiquettes collées sur nos 100 paquets, j'ai quand même eu peur que cela n'arrive pas à bon port ... 

 

Il nous restait le minimum pour les dernières semaines (enfin 2 mois) en Belgique. Juste ce qu'il faut pour dormir, manger, s'amuser et recevoir :) Gilles reparti en Chine, j'en ai profité pour nettoyer, balayer, casa toujours pimpant, ... Bon, c'était la fin le plus difficile. Les petits trucs qui traînent, les enfants qui redécouvrent des magnifiques bricolages de la crèche, les derniers papiers, les fameuses armoires fourre-tout (vous en avez une aussi?). Je pense que c'est à ce moment là que tu te rends compte aussi que tu ne peux vraiment plus faire marche arrière et que les dernières semaines sont comptées (le stress monterait-il?). Tu ne peux plus esquisser ta tâche pour quelque chose de plus important (ou surtout plus gai, genre un petit resto entre copines), tu dois juste finaliser ! Heureuse que Gilles soit de retour pour le grand final. Sa stratégie (pièce par pièce, ne plus s'éparpiller) a été gagnante. 

 

On a fait comme si on partait à la date convenue (de toute manière, on n'avait plus de lit, au chaud dans le garde meuble) pour être plus cool la dernière semaine. C'est avec la larme à l’œil que j'ai fermé la porte du 85 Rue Wazon. Soulagée mais triste de quitter notre maison et nos voisins. Je trouve que les petits ont été merveilleux pendant ces moments. Acceptation de ne plus voir leurs jouets, de vivre dans une maison vide, de déménager chez les grands-parents, de partir vers l'inconnu. Chapeau bas nos enfants ;)

 

Puis on est parti avec nos cinq valises. Et on a survécu avec nos six assiettes, notre poêle et notre casserole. Je n'aurais pas su recevoir douze personnes quoique :)

 

On prenait un peu des nouvelles de notre container. Il avait quitté le pays le 30 juillet et nous apprenions qu' "Après être parti du port d’Anvers, nous étions informés par la ligne maritime que votre conteneur avait raté le bateau à Rotterdam ". Ce mail nous a fait sourire. Un container qui oublie de prendre son bateau :)

 

Puis un mardi, on nous a contacté pour nous dire qu'il arrivait le vendredi deux novembre. Zut, j'avais bloqué la date depuis deux mois pour voir Bernard (un copain de l'Institut Confucius) accompagné de 2 profs et 14 étudiants dans le cadre d'un échange Chine-Belgique. Il amenait un colis spécial préparé par ma maman. Je devais y aller ! J'ai donc croisé ce camion jaune et cette camionnette avec 7 personnes qui sont sorties d'un coup. J'ai laissé mon homme avec cette fameuse équipe. A midi, tout était remonté et dispatché dans les pièces. Il me restait qu'à rentrer pour la pile de linge (enfin les piles ...). J'ai regretté ne pas pouvoir passer la journée avec les Liégeois (visite du Temple des Lamas et de Confucius) mais je me voyais mal laisser Gilles tout faire. On a tout récupéré (c'était un peu la grande interrogation au vu des nombreux contrôles).

 

Les retrouvailles enfants - LEGO ont été à la hauteur de nos espérances. Ils redécouvrent leurs jouets et les parties de Stratego, Monopoly ont repris leur cours ici. On n'a pas encore sorti "Les mystères de Pékin" mais ça ne saurait tarder ... (et vous, vous connaissez aussi M. Lee Pres'Hing et Mme Dia Mang ?)

 

Merci à Antonia qui, chaque lundi, m'a mis une pression de malade en vidant les armoires, à mes parents (une vraie tornade pour la cave et le jardin), à mes beaux-parents pour la partie œnologie, à nos amis pour les aides ponctuelles (Bernard / Valérie et le toboggan), à nos voisins pour le support logistique, à Nicolas pour la gestion des locataires, à nos soeurs, frères, beaux-frères, belles-sœurs pour le camion, les derniers travaux, l'espace de stockage chez eux,  ... et à Gillou pour son optimisme légendaire ! Et si on se donnait RDV dans trois ans ? Même jour, même heure, mêmes potes ...

Lire la suite 3 commentaires

Ce n’est qu’un au revoir ...

Quelles semaines, que dis-je ? Quels mois de folie. Merci à tous pour ces moments partagés ensemble.

 

Voilà, c'est fait. Nous y sommes. Avant de vous expliquer nos premières impressions, je voulais tous vous remercier pour ces magnifiques moments. Les 3 semaines avant notre départ n'ont pas été de tout repos et on vous en remercie ! Bien sûr, il fallait vider, ranger, laver la maison. Bien sûr, il fallait refaire encore des papiers, des empreintes, des devis (vive la porte brisée), ... Vous étiez là pour nous motiver. Grâce à vous, on n'a pas fait de courses pendant trois semaines (tout le monde en rêve non? Bon, j'avoue j'ai quand même acheté deux trois trucs ;)). On a tout partagé : des petits-déjeuners, des brunchs, des dîners, des slunchs, des soupers, des nuits, ... Que ce soit sous forme de restos, de barbecues, d'auberges espagnoles, d'apéros dînatoires, d'expérience Tomorrowland, de visites culturelles, de dodos chez les amis (pour les petits). Des bulles, des bulles et encore des bulles, ... Nos balances ne vous remercient pas et nos foies non plus mais qu'est ce qu'on a eu bon ! 

 

Un merci particulier à nos parents qui ont été aux petits soins même s'ils se demandaient si leurs maisons ne s'étaient pas transformées en hôtel : des valises, du bazar (oui, je suis bordélique malgré tout ce que ma maman a essayé de m'inculquer), du va-et-vient, des rentrées tardives, des enfants en baby-sitting, ...

 

Merci à nos sœurs, frères, belles-sœurs, beaux-frères, neveux, nièces, filleul(e)s pour votre soutien, vos sourires, votre accueil. On est une sacrée famille !

 

Merci à vous nos meilleurs ami(e)s, ami(e)s, aux pongistes, aux ping ladies, aux voisin(e)s, aux anciens collègues, aux amis d'Alexandre et d'Arnaud ainsi qu'à leurs parents (devenus des amis pour nous), aux anciens employeurs (PAM entre autres), à nos connaissances, ... Merci pour vos sourires, vos messages, vos coups de fils, vos mails, vos soirées adultes (les voisines, help j'ai besoin de parler à un adulte !). Cela nous fait chaud au cœur ! Pour n'oublier personne, MERCI A VOUS !

 

Ces quelques mois nous ont permis de voir que nous étions super bien entourés (on le savait déjà mais à ce point, c'est fou). 

 

Bon, l'hypersensible que je suis va plutôt abandonner le texte ici. Je me remets à Paris Match : "Le poids des mots, le choc des photos !"

 

Lire la suite 5 commentaires

Libérée, délivrée ? Eh non, suspens jusqu'au bout !

Optimisme à la baisse ? Back to reality, on n'est pas encore partis !

 

La date de départ était précise. On décollait le vendredi 10 août à 23h20 de Paris. Là, nous sommes le samedi 11 août et je vous écris de ... Villers-Le-Bouillet en direct de la cuisine des beaux-parents. Exotique non? J'ai montré peut-être trop d'optimisme dans mon article précédent et BOUM, l'explosion ce lundi 6 suite à un couac administratif. En parlant de Boum, notre porte en verre nous a aussi lâchée ce lundi et on s'est dit que ce n'était pas notre journée. Pour faire bref et éviter un article de 1000 lignes, petit résumé de notre super lundi :   

 

Les certificats de mariage et de naissance avaient été envoyés en Chine suite à la demande de la société de Gilles. Cependant, pour nos visas (Alexandre, Arnaud et moi-même), ces papiers étaient nécessaires. Soit ! On se dit qu'on a les scans, des copies certifiées conformes, mais non, cela ne suffit pas. Il leur faut l'original avec le beau papier en main (petite remarque : ces documents avaient déjà été délivrés par le même bureau). Du coup, on les fait rapatrier par DHL express et ils se retrouvent sur le bureau de la bonne personne. Et là, on nous informe que tout est en ordre mais que Madame doit faire ses empreintes digitales et le prochain RDV possible est le .............................................. roulement de tambour : 21 août. PARDON ??? Je suis au téléphone et je commence à m'énerver un peu ("Prends garde, sous mon sein la grenade" de Clara Luciani tourne en boucle dans ma tête). Je répète que nos vols sont bookés le 10 août, que les enfants commencent l'école le 20 août. Et la femme me répond : "Monsieur peut partir avec les enfants mais pas vous." Ah oui, les petits n'ont pas besoin d'empreintes, eux. Pour ma part, le visa ne sera pas délivré sans cela. On explique que mes empreintes sont déjà enregistrées en Chine suite à mon premier voyage. Malheureusement, cela ne leur suffit pas. Notre contact de la société de Visa avait pourtant essayé de prendre un RDV bien avant mais tant qu'ils n'avaient pas le dossier devant leurs yeux et dans leurs mains, impossible de les faire bouger. Zen soyons zen !

 

Après plusieurs coups de fils, visite au consulat et au bureau des empreintes, on parvient à avancer le RDV au 14 août. C'est leur dernier mot. Pas le choix pour nous. On avisera. Les vols sont retardés d'une semaine et j'espère que vendredi prochain, je pourrai vous présenter mes beaux papiers :) Mes hommes ont été sympas avec moi et ont décidé de m'attendre. Ce qui me stresse un peu c'est qu'on arrivera le samedi à 16h00 heure chinoise (10h pour vous) et que les petits commencent déjà l'école le lundi. Navette vers Paris, vol de 10 heures, changement de maison, de vie, jet lag, école en anglais, uniforme j'espère qu'ils géreront cela comme des chefs :)

 

Du coup, cela faisait deux semaines qu'on faisait notre tournée d'adieux. Vu le succès, nous jouons les prolongations à guichet fermé comme les stars :) Vous aurez plus de précisions sur cette fabuleuse tournée dans un nouvel article.

 

Un conseil pour une expatriation chinoise ? Demandez toujours des triples exemplaires certifiés et prenez des grandes inspirations pour contrôler vos émotions sinon vous aurez la même tête que notre porte de cuisine : CASSEE :)

 

Lire la suite 2 commentaires

Laissez parler les petits papiers ...

Partir en Chine, il faut le vouloir ... Surtout du côté administratif ... Vous avez dit chinoiseries ? 

 

La date de notre départ commence à se préciser ... YOUHOU ! Il était temps diront certains. C'est vrai que depuis octobre 2017, de nombreuses dates ont été avancées (avec la famille ou sans). Depuis ce moment jusqu'à ce jour, nous naviguons en mer agitée. Finalement, nous avons été séparés de Gilles pendant 4 mois. Avantages ou désavantages ? Ça dépend des moments mais je comprends mieux le Paradoxal Système de Voulzy ;) Depuis février, Gilles s'est envolé vers la Chine avec deux retours au pays et une super semaine de découverte de l'Empire du Milieu pour moi. Nous avons finalement préféré que les petits terminent tranquillement l'école en Belgique. Et puis, il y a un point très important voire très très important voire EXTRÊMEMENT important qui détermine ce départ : LES PAPIERS et pas n'importe lesquels : LES BONS PAPIERS !

 

En effet, on ne chipote pas avec l'administratif ... euh, enfin si :) Les dames de la commune d'Angleur commencent à bien nous connaître. Pour partir là bas, vous avez besoin de quoi ? De patience, beaucoup de patience mais aussi : 

 

- Certificat de naissance

- Certificat de mariage

- Certificat de bonnes vies et mœurs (vierge of course)

- CV 

- Diplômes

- Passeport

- Photos d'identité à la pelle et sans sourire

- Lettre d'invitation de la Chine 

- Certificat médical attestant que vous êtes en pleine forme. Pour cela, nécessité de faire une visite complète dans un hôpital reconnu par l'Ambassade avec radio du thorax, électroencéphalogramme, prise de sang complète et pleins d'autres petites questions sympas à la prime. Gilles a eu la chance de faire son examen en Chine avec passage dans des petites pièces en enfilade. Une chose est certaine, nous sommes en bonne santé :)

 

Bien sûr, ces documents doivent être signés par les bonnes personnes (à savoir bourgmestre ou échevins et non le personnel administratif), dans les bonnes couleurs pour certains (encre bleue ou noire ? Telle est la question :)). Bien sûr, ces documents doivent être traduits : anglais, mandarin, français, même combat ! Je vous assure que l'air de rien, ça prend du temps. Nous avons la chance d'avoir l'aide d'une société spécialisée qui fait des allers/retours vers l'Ambassade avec des petits passages aux Affaires étrangères et même au SPF santé publique en sus. Je ne connaissais pas ce type d'entreprises avant mais je peux vous dire que pour nous, c'est le top ! De plus, le service expat de l'entreprise de Gilles nous tient au courant de tous les avancements. Un vrai travail d'équipe.

 

Donc, après 4 mois d'attente, Gilles a enfin reçu son visa Z (visa de travail). Cela nous ouvre la voie pour demander le permis de résidence (encore 3 à 4 semaines de délais) et on y arrivera. Du coup, le dernier voyage en solo de Gilles est passé de 2 à 5 semaines mais le 26/07, tout devrait être en ordre pour lui (enfin, on espère). Il viendra nous chercher, finalisation des aspects administratifs (maison, mutualité, changement d'adresses, domiciliation, ...) et surtout les derniers moments / repas en famille, amis ... et puis Bye bye (snifff). Mon coeur se serre !

 

A notre arrivée là-bas, nous aurons également des démarches à faire mais là, on commence à respirer. Le gros est fait :

 

- Ecole 

- Vaccins 

- Permis Z 

- Maison Pékin trouvée 

- Maison Liège louée  

- Déménagement des meubles et 100 caisses vers la Chine 

Notre container attend gentiment son départ à Anvers depuis 3 semaines. Sans permis de résidence, pas de container. Je sens qu'on retrouvera notre lit et nos legos qu'en octobre ou novembre ... Zen, soyons Zen !

- Cours de mandarin bookés 

- Vacances d'octobre réservées 

- Nouvel appareil photo acheté pour partager quelques souvenirs 

 

Mais sommes-nous prêts ? On ne le sera (saura?) jamais ... Ça bouillonne dans nos têtes. Il est temps à nouveau de nous jeter à l'eau !

 

Lire la suite 0 commentaires

L'expatriation : les nouvelles vont vite

L'annonce officielle faite aux enfants et familles, le téléphone sans fil s'en va bon train :)

 

La bombe désamorcée, les réactions vont dans tous les sens. C'est vrai qu'on n'annonce pas ce genre de projet chaque jour. Personnellement, j'ai très peu de connaissances qui ont réalisé des expatriations familiales. De plus, la Chine est un pays qui interpelle. Les gens ont toujours une réaction positive ou négative. Petit résumé des avis ou questionnements. J'espère que je pourrai répondre à ces questions une fois sur place :)

 

Il y a du négatif (ou plutôt la peur de l'inconnu ?) 

 

- "Vous êtes fous. Et les enfants, vous les prenez avec ?" (bein non, tiens ... On va les laisser 3 ans chez nos parents :)). C'est sûr que c'est ma plus grosse crainte et inconnue. Comment vont réagir les petits là-bas, loin de tous leurs repères mais avec leurs parents :)

- Mais encore : "Moi, mon mari, il me fait cela, je ne pars pas avec ...". Franchement, je ne nous vois pas coupé de Gilles pendant 3 ans. On a décidé de ce projet ensemble. On verra déjà la gestion des 4 mois sans lui (eh oui, il part avant nous).

- "La Chine ????? C'est vous qui avez demandé pour aller là-bas ? Mais vous êtes fous (bis). Tu sais qu'ils mangent du chien (et le reste), crachent partout, rotent, fument beaucoup, que les enfants ont des pantalons troués à l'entre-jambes (pas de couches donc)", ... Miam :) C'est sûr que tout cela donne envie. Vive la découverte :)

-" Et la pollution ? Je ne mettrai jamais mes enfants dans un environnement pareil ... ". (Perso, on est super tracassé à ce sujet mais les contacts pris avec de nombreuses personnes nous permettent de voir ce que nous devons faire face à ce fléau). On réagira comme il le faut  et comme on peut : vive les extracteurs d'air, les masques high-tech, les applis sur la qualité de l'air, ...

- "Et la maison ? " Et bien, on va la louer. Cela nous fait bizarre de nous dire qu'elle sera habitée par d'autres mais on doit s'y faire. Comme on vient d'entreprendre pleins de nouveaux travaux, ce sera les locataires qui en profiteront quelques temps.

- "Je ne vais plus voir Alexandre (réaction d'une petite copine le jour de l'annonce à l'école)". Avec les professeurs, on a prévu de faire un petit cours sur la Chine.  Cela permettra à Arnaud et Alexandre de montrer à leurs amis leur future ville, la culture, etc. Alexandre veut faire des vidéos youtube et on espère que ce blog lui permettra d'échanger avec ses copains.

 

Mais aussi du positif : 

 

- "Quelle magnifique expérience"

- "Quel superbe pays". Pas mal de personnes sont intriguées par ce pays et les sinophiles sont nombreux.

- "On vous envie d'oser cela même si ce ne sera pas évident tout le temps".  C'est vrai que loin de ses proches, lost in translation, on va sûrement en baver. 

- "C'est le bon moment pour le faire, vous êtes jeunes, FONCEZ" 

 

Bref

 

On remarque que notre projet ne laisse personne indifférent. Certains se questionnent: serions-nous prêts à le faire ou non et surtout où ?

Je dois également vous avouer que je ne connaissais quasi rien de la Chine avant cette annonce. Depuis quelques mois, je lis beaucoup, regarde des documentaires, prends des cours de mandarin, ... Les échanges avec les expats me permettent également de parler de mes craintes (surtout pour les enfants). Se préparer pour avoir un bon état d'esprit et une meilleure connaissance de cette contrée.  Bon après, ce sera loin d'être évident mais keep calm and breathe :)

 

0 commentaires

L'expatriation : l'annonce à la famille

Annoncer qu'on part en Chine, ce n'est pas une mince affaire ... Enfin, surtout avant le moment fatidique.

 

Les enfants au courant, il était temps d'en informer nos familles ... avec en prime un gros stress pour l'annonce aux parents (surtout les miens ! Ah ce cordon toujours non coupé). Depuis plusieurs semaines, on essayait de trouver le bon moment, la meilleure manière, les mots justes. J'avais beau tenter d'éviter de me faire des films, rien n'y faisait ... J'étais proche des meilleurs réalisateurs de films catastrophes (Cameron, Emmerich, de Bont, ... attention, la concurrence belge arrive). Les nuits blanches suivies de nuits d'horreur ... AAAGGGHHHRRR.

 

Le grand jour, tu sers quelques bulles histoire d'avoir le mot facile. On l'annonce quand ? Apéro, entrée, plat ? Laissons encore languir. Après plusieurs réunions secrètes en cuisine, on a finalement lâché le morceau au dessert ! Quand tu indiques que tu as une grande nouvelle arrivent les réactions : pas un petit troisième quand même? Un job, ... ? Eh bien NON ! Gilles a une opportunité professionnelle. Ah cool. On part à l'étranger. Ah bon et où ? Luxembourg ? France ? Un peu plus loin ;) ce sera la Chine. Et là, silence. Clap de fin ! La boucle est bouclée. La bombe est encore lancée mais la petite boule de stress a disparu. Tu te sens un peu plus léger car tu as partagé ce que tu as sur le cœur depuis de longues semaines.

 

Finalement, sur le coup, tout roule pour mes parents. C'est même trop beau. "J'irai voir ma fille en Chine, ..." phrase du jour J qui a disparu en J+1. La nuit porte conseil et donne surtout des insomnies. Les questions fusent. Mais pourquoi ? Et les enfants ? Et vous ? et nous ? (non dit mais c'est une de mes plus grandes appréhensions). Malheureusement ou heureusement, on n'a aucune réponse à ces questions et c'est cela qui m'intrigue et me guide dans cette aventure. On verra à ce moment-là. On se prépare et on va tout faire pour que chacun trouve son bonheur. 

 

De l'autre côté, mon beau-père se lance à corps perdu dans les lectures sur la Chine. Il emprunte volontiers mes livres et se verrait bien sur les bancs de l'Institut Confucius pour apprendre le mandarin. Dernière citation confucéenne transmise par beau-papa : "Nulle pierre ne peut être polie sans friction, nul homme ne peut parfaire son expérience sans épreuve". On devient philosophe ici.

 

Mais une chose est certaine, nos parents nous soutiendront dans notre aventure. J'espère leur faire découvrir ce pays fascinant par ce blog et surtout les accueillir dans notre nouveau "chez-nous". Car pour nous, la famille c'est sacré. FAMILLE, ON VOUS AIME !

  

2 commentaires

L'expatriation : l'annonce aux enfants

Allez roulez jeunesse, avec les enfants, les annonces, c'est cool ! Enfin, on le pensait ... 

 

Cela faisait quelques semaines qu'on leur expliquait que papa avait une opportunité de partir, et nous avec  ... On leur parlait de manière égrenée de la Chine, de la ville : Pékin ou Suzhou (je vous laisse la chercher sur la carte), de la culture, ... Ils trouvaient cela encore marrant jusqu'à la confirmation ...

 

Le jour J, je réserve une table au Shanghai (cela ne s'invente pas). Je leur achète une BD belge et un livre en anglais (immersion ou non, telle est toujours la question). Petit apéro de mise et on lâche le morceau en prenant des pincettes (et non des baguettes - pfff humour quand tu me tiens). 

 

Là, Bardaf : Alexandre évite notre regard, boit son soft (comme le meilleur roi des bleus), ne parle plus, ses yeux rougissent, ... il est perdu. Je le prends sur mes genoux, lui dis de m'expliquer tout ce qu'il ressent, de pleurer, ... La bombe est lâchée : "Je ne veux pas partir, je vais perdre tous mes amis, ...". Ah cela, tu réponds ce que tu peux : skype, les retours semestriels, les visites des valeureux belges, la découverte de paysages invraisemblables, l'ouverture d'esprit ... Après 30 minutes de discussion, Alexandre retrouve ses esprits et s'exprime. 

Pendant ce temps, le petit trépigne : "Papa, Maman, c'est bon, je peux avoir votre GSM ?". 5 ans, l'âge de l'insouciance ;)

 

Finalement, la suite de la soirée se passe très bien. Les petits sont heureux de manger leur premier resto chinois et apprécient. Ils commencent à discuter de la suite de nos aventures, de voir s'ils peuvent en parler à l'école et à la famille. Le resto est au top. Je me réconcilie avec la nourriture chinoise (un passage au China Town de Londres en 1998 m'avait laissé de mauvais souvenirs) même si tous les initiés à la Chine nous disent que cela n'a rien à voir avec les vrais restos là-bas ... Pour cela, on vous expliquera plus tard.

 

Pour les enfants, on croise les doigts pour qu'ils s'adaptent au mieux. C'est vrai qu'ils n'ont rien demandé nos loulous mais on pense que cela sera une expérience enrichissante. A suivre ...

 

Lire la suite 1 commentaires

Ce  blog  est créé par Anne-France Archambeau. C'est une invitation au voyage et à la vie d'expatriés en Chine 🇨🇳 , à Pékin.

N'hésitez pas à nous contacter si vous voulez en savoir plus : af_archambeau@yahoo.fr ou suivez-nous sur instagram (annefrancearchambeau).

Toute reproduction est strictement interdite.

 

 

Moteur de recherche : ICI