Découvertes

Changement de décor, place aux pains de sucre !

J'ai comme l'impression que vous faites une overdose de riz ... Allez viens, je t'emmène au vent, je t'emmène au dessus des gens et je voudrais que tu te rappelles, notre amour est éternel et pas artificiel !

 

Pour découvrir notre nouveau terrain de jeux, embarquement sur un radeau en bambou près de Jiuxian Ancient Village. C'est grâce aux bras de notre batelier que nous naviguerons sur la Rivière Yulong. Balade paisible et féérique. Nous sommes seuls au monde pour découvrir ce petit paradis. On ne sait pas où arrêter nos yeux ou plutôt nos objectifs tant les pains de sucre sont somptueux. Je rigole en écrivant ce mot "pain de sucre" (petite parenthèse dans le récit de notre voyage. Avant sa naissance, la sage femme m'avait annoncé qu'Alexandre allait naître avec un pain de sucre sur la tête. On n'avait aucune idée de ce que c'était ... En fait, il avait une grosse bosse comme le chapeau de Bumba le petit clown. J'avais vite préparé un bonnet taille trois mois pour cacher cela. En voyant les photos avec ma grosse chemise rouge et Alex avec son bonnet sur les yeux, on était magnifiques !). Retour à nos moutons. Le paysage est à couper le souffle. Comme des cons, on essaie avec Alexandre de trouver le décor qui se trouve sur le billet de vingt yuans. A chaque montagne, on se dit c'est ici. Notre guide nous informera après  que nous verrons ce paysage à Xingping. Ça m'apprendra à ne pas préparer à l'avance les voyages 😀On rigolera sur les passages de mini cascades (souvenir de la descente de la Lesse avec le ping-pong et les Vosgiens). Heureusement, notre batelier gère son embarquement avec brio. Après 45 minutes de navigation, c'est à vélo que nous remontons la rivière. Nous aurons le plaisir de croiser des locaux mais aussi des canards, poules,  vaches. Nous sommes en pleine nature. Le vert domine. Juste pour le plaisir des yeux. On en redemande. 

 

Le lendemain, le ciel est dégagé et la température clémente à Yangshuo. On peut même sortir les shorts. Oh yeah !!! Place à la marche à pied. Ce vendredi est un jour spécial en Chine. C'est la fête des morts, Qing Ming Jie (clarté brillant fête - 清明节). C'est un jour férié. On croisera de nombreuses familles se rendant sur les tombes. Les traditions sont différentes des nôtres (pas de chrysanthèmes ici). Les personnes se baladent avec des bêches, faucilles, pelles, ... ils vont nettoyer les tombes. Je comprends mieux après l'utilité de ces outils. Les tombes sont plus simples que les nôtres. Parfois, il y a une stèle, des fois, juste un tas de terre. Pour certains, elles se trouvent à flancs de montagnes. Les familles tirent les mauvaises herbes (certains ont beaucoup de travail), brulent de l'encens, apportent des offrandes (nourriture, fleurs, cigarettes, thés, ...) à leurs ancêtres. Selon les croyances, si les tombes ne sont pas bien entretenues, les défunts ne peuvent pas reposer en paix et leurs descendants auront des malheurs. Ils font aussi brûler des faux billets, maisons en papier, ... les défunts pourront ainsi les utiliser dans leur monde (des petits tourbillons de vent les emportent vers le ciel). Les Chinois font également péter les pétards (pour faire fuir les mauvais esprits). Pendant toute cette journée, nous verrons de nombreux feux d'artifice. Après avoir nettoyé les tombes, les familles se rassemblent autour d'un bon repas. C'est une occasion de resserrer les liens.

 

Première ascension sur la colline Xianggong avec vue panoramique sur la Rivière Li (non, Alex ce n'est pas ici le billet de vingt yuans). Gilles apprécie aussi les points de vue des Chinoises. Certaines ne se sont pas habillées chez Décathlon pour monter les marches 😊 Après, nous nous baladerons trois heures à travers les montagnes, au bord de la rivière, au son des pétards avec des paysages splendides. Nous rencontrerons des peintres croquant parfaitement ces pains de sucre. Une famille nous offrira des sticky rice (plus coriaces à manger ceux-ci). Nous nous arrêterons dans un petit monastère où Arnaud fera trois voeux (le contenu est surprenant et émouvant). Nous croiserons les pêcheurs aux chapeaux pointus accompagnés de leurs cormorans, les femmes cuisinant sur les bateaux, ... Le trajet commence à être long pour les petits. Le soleil tape mais nous avons encore quinze minutes de marche pour découvrir ce fameux décor du billet de vingt yuans (et on n'est pas les seuls). Alexandre est à bout (c'est encore loin grand Schtroumpf ?). La photo est prise. Nous pouvons aller manger au centre de Xingping, petite bourgade sympathique. Après avoir repris des forces (les nouilles ont un effet terrible sur Arnaud), nous décidons d'escalader la montagne Laozhai (1159 marches). Ce sera en amoureux que nous le ferons. Les petits resteront cool avec Lilly et feront un peu de shopping. Finalement, j'étais contente de ce choix car l'ascension est assez impressionnante. Le chemin est étroit, glissant, escarpé et notre petit coeur bat à tout rompre (bon exercice de cardio). On aura même droit à l'échelle et aux panneaux indiquant que trente personnes ont disparu ici (gloups). Mais arrivé au sommet, on est remercié par ce panorama grandiose. Pour ma part, mon vertige mettra cinq minutes à partir avant que j'ose rejoindre Gilles encore plus haut, sur les rochers. La vue est à couper le souffle, le vide impressionnant et paralysant.  Nous retrouverons nos loustics avec la banane et de magnifiques présents pour nous (une mini table à thé trône dans mon salon). Tout le monde a trouvé son compte. Ouf ! Cette journée prend fin. Nous avons des étoiles pleins les yeux et une délicieuse bubble waffle dans le bidou. Nous terminerons notre soirée après un magnifique concert de cithare locale (guzheng) by Back kids. 

 

Nous entamons le weekend par la visite de la Grotte d'Argent. Elle traverse une douzaine de pics karstiques. C'est un réseau spectaculaire (quasi deux kilomètres ouverts au public) de grottes souterraines. Il y a de magnifiques stalactites argentées dévalant du plafond. Etonnamment, la grotte est chaude et humide. Elle est aussi très colorée. Les propriétaires ont mis le paquet (un peu trop) avec les spots : bleu, vert, jaune, rouge, orange. Il y en a pour tous les goûts. On s'amusera à imaginer des animaux, on rigolera de certains panneaux (dont cette surprenante interdiction d'aller au petit coin 💩), on évitera les nombreuses échoppes souvenirs (fièvre de la consommation quand tu nous tiens). En parlant de dépenses, un proverbe dit qu'après cette visite, on ne manquera plus d'argent dans notre vie ... Feedback des enfants, grottes trop lumineuses 😀Nous arpenterons ensuite la région en deux roues. Vélo pour Alex et moi (on ne prend plus de risque ici)  et en scooter électrique pour Gilles et Arnaud. Les vélos et tandem étaient trop grands pour le petit donc Gilles a du se sacrifier.  Un moment, je vois trois jolies jeunes filles faire les doux yeux, des sourires près de mon homme. Du coup, après hésitation, il leur demande si elles veulent faire une photo. Et je vois qu'elles montrent Alex du doigt pour le cliché. Gilles a pris dix ans dans la vue 😔 C'est donc à bicyclette que nous découvrirons le Parc du Grand Banian. On y observe un immense arbre dans l'envergure est impressionnante. Il aurait été planté il y a plus de 1500 ans sous la dynastie Jin. Ce serait un arbre permettant de trouver le grand amour ❤️ A bon entendeur ... Nous enfourchons ensuite nos véhicules pour deux heures de balade (la crazy family n'est jamais fatiguée selon notre guide). Nous verrons la Moon Hill (arche naturelle gravée dans une montagne karstique), des montagnes en forme de chameau, ... Nous serons seuls au monde dans les campagnes et rizières. Pour les dix dernières minutes, nous retrouvons la foule dense avec des scooters dans tous les sens. Retour à la réalité. En reprenant la voiture, nous ferons un arrêt photo devant les robots Transformer (heureux sont nos garçons). Nous passerons notre dernière soirée à quatre à Yangshuo. On ira prendre un bain de foule dans la rue commerçante, West Street. Ça grouille, ça bouge, c'est animé. On sera surpris par les gogos danseuses dans les bars. Arnaud sera perturbé en passant devant des personnes qui insèrent de longues aiguilles au niveau de la tête des clients. Ces derniers sont assis, cool, dans un fauteuil. Je pensais que c'était de l'acupuncture et l'explique à Arnaud (il aura des difficultés à s'endormir ... les nombreux vaccins ont laissé un très mauvais souvenirs à notre loulou). Après un dernier repas au restaurant indien (la boucle est bouclée), nos enfants seront pliés de rire dans une drôle de machine qui roule. Ils sont aux anges !

 

Déjà dimanche, Gilles nous quitte de bonne heure. Le travail l'appelle. Il s'envolera vers l'Europe pour dix jours. Le triple A continuera l'aventure sans lui. Au programme du jour : cuisine, calligraphie, balade et danse improvisée. A dix heures, nous avons rendez-vous pour découvrir le marché local très authentique. C'est dans un grand entrepôt que nous déambulons entre les étals de fruits et légumes. Nous passerons ensuite dans le département "viande". Je vous confirme le dicton cantonnais : "On mange tout ce qui a quatre pattes sauf les tables, tout ce qui vole sauf les avions, et tout ce qui nage sauf les bateaux" ... Après cette surprenante visite, il est temps de cuisiner. On restera dans le traditionnel. Nous voilà chacun transformé en petit chef devant notre poste de travail. Je suis stressée pendant la première heure avec les petits maniant le grand (très grand) couteau et la cuisson comme personne. Je suis également impressionnée par leur concentration. Ils écoutent toutes les instructions en anglais et suivent à la lettre les indications données. Ouawwww !!! Pendant deux  heures, ils seront au four et au moulin. Le résultat est top. Au menu : jiaozi (raviolis), champignons garnis, nouilles végétariennes et un délicieux poulet gong bao, plat typique du Sichuan. Nous dégustons nos mets en terrasse avec une magnifique vue sur Yangshuo 😋. Après ce bon repas, une balade digestive s'impose. On se fera à nouveau quelques escaliers pour voir la ville sous un autre angle. Bon, je pense que vous avez fait le plein de vue, non ? Retour sur la terre ferme, dans le parc de la ville. Les personnes s'y rassemblent pour discuter, jouer aux cartes, faire du sport, s'occuper des enfants. L'ambiance est familiale. Un moment, un couple se met à danser avec une musique entraînante. Alex se prendra au jeu et rejoindra la dame sur des airs latino. Sourire aux lèvres, il restera cinq minutes sous les feux des projecteurs. Nous ferons ensuite une petite escale dans un atelier de calligraphie. Les enfants écriront les chiffres, quelques mots en caractères chinois. On sent Arnaud tout de suite moins concentré, puisqu'il connaît déjà ! Après quelques pleurs, il peindra des pandas 🐼 Alex sera motivé à chercher dans un livre les prénoms Gaspard et Caroline pour les écrire en chinois. Les heures passent et nous voilà déjà en direction de l'aéroport. J'admire encore le paysage tout le long du trajet. On jouera un peu les prolongations suite au vol retardé. Allez, grande respiration avant de m'envoler avec mes deux loulous vers Pékin !


Ah oui, j’ai oublié que ce n’était pas de l’acupuncture mais des personnes qui se faisaient laver les oreilles en public. La Chine m’étonnera toujours !

 

Notre voyage dans le Sud de la Chine touche à sa fin. Comme vous avez pu le lire, nous avons adoré cette région riche en découvertes. Et vous, qu'est-ce qui vous tente ?

 


Télécharger
Alors on danse ? Alex sur la piste !!!
IMG_0429.MOV
Format Video QuickTime 51.2 MB
0 commentaires

Slippery, Slippery ... You are a crazy family !

Après notre rendez-vous en terre inconnue, découverte des rizières en terrasses de Longji.

 

C'est sous la drache que nous quitterons Zhaoxing. Nous découvrons le Pont du Vent et de la Pluie de Chengyang. Après trois jours passés dans la région, on comprend mieux l'utilité de ces édifices qu'on retrouve dans chaque patelin. C'est un lieu pour discuter tout en se protégeant des aléas météorologiques. Celui-ci est particulièrement célèbre. Il date de 1916 et est composé uniquement de bois et de pierre, aucun clou ! Sa solidité tient au jeu de superposition des rondins et planches. Il aurait été construit pour rendre hommage au dragon qui a sauté dans la rivière pour sauver une jeune fille. Ce pont symbolique protège les villageois et leur procure fortune, bonheur et bonne récolte.

 

Nous nous promenons et nous gouterons un délicieux sticky rice (un euro tout compris) sous une tonnelle. La marchande a le sourire aux lèvres en voyant nos enfants dévorer leur repas et en redemander. Les petits resteront avec elle, au sec, pendant que j'irai sur la "grande place". Gilles est, quant à lui, en pleine négociation pour son boulot (le petit plus lors de la rédaction de cet article, c'est que son travail a porté ses fruits. Oh YEAH !!!). La place est également le lieu de rencontre quand il fait beau. J'y croiserai des vieilles dames vendant leur porte bonheur, un marchand de thé, ... Sur le chemin de retour, nous découvrons trois femmes dans la rivière. Elles récoltent des coquillages (ou escargots). Les paniers se remplissent doucement. La patience est de mise.

 

Après une route en serpentin, nous arrivons à Ping'An, petit joyau niché dans la montagne. Notre hôtel est vraiment sympa. La chambre, tout en bois, nous rappelle les vacances au ski. La vue de la terrasse est imprenable ... enfin, pas après notre première nuit (cf photo). Mais rien ne nous arrête. Nous partons dans une purée de pois et nous crions d'émerveillement quand la brume se lève. Le spectacle est extraordinaire. Des rizières étagées en courbes concentriques se présentent à nous. Les terrasses sont remplies d'eau et reflètent comme un miroir quand le soleil montre son nez. Chaque saison offre une vue différente (couleur dorée juste avant la moisson ou sous la neige en hiver). N'hésitez pas à aller vous perdre là-bas. 

 

Notre guide, Lilly, avait prévu de faire un aller-retour mais Gilles a une autre idée en tête. En voyant le haut de la montagne couvert et le village du fond très très dégagé, il lui propose de continuer à travers les rizières. Après négociation, elle accepte (il est fort ce Gilles) et nous mettra plein de fois en garde : "Vous êtes certains ? Attention, c'est super glissant ! Et les enfants? No stress Lilly, ça va aller". On aura souvent entendu : "Be careful, slippery, slippery, you are a crazy Family" (ça nous faisait penser à Sid dans l'âge de glace). Mais qu'est-ce qu'on a ri ! Bon, c'est vrai que nos pantalons étaient un peu sales (surtout chez les adultes). Gilles nous a fait une magnifique glissade. Deux heures de pur plaisir à travers champs (enfin rizières). Ensuite, nous sommes passés à Huang, village habité par la minorité Yao. Les femmes se distinguent par des costumes colorés et ont une longue chevelure soyeuse. En fonction de la coiffure, on peut dire si elles sont mariées ou non, avec ou sans enfant. J'ai eu une pensée pour Elvis et Dick Rivers (sujet d'actualité en écrivant ces lignes). Pour le midi, nous avons opté pour du poisson (on oublie vite ce qu'on a vu la veille). Mon estomac n'était pas assez accroché pour tenter les grenouilles de montagne. On est content d'avoir une guide qui nous traduit les menus car même avec nos heures de chinois, le choix est parfois cornélien. Un bon ganbei (les enfants apprennent vite les us et coutumes) et on repart. 

 

C'est sans nos deux loustics (restés au chaud à l'hôtel) que nous prendrons de la hauteur. Les points de vue se nomment : Nine dragons and five tigers ou encore Seven stars with the moon. Magnifique ! La vue est plongeante. Les Chinois proposent de nous prendre en photos. On prend la pose :) On se baladera deux heures dans ce paysage féérique. Après un UNO endiablé, une bonne bouteille de vin rouge (denrée rare ici) et un excellent repas, nous retrouverons Morphée dans notre chambre tyrolienne. 

 

Il est temps pour nous de vous faire découvrir autre chose que des rizières en terrasse ... Avant cela, quelques photos de notre arrêt dans une maison de thé (LiuSanjie tea farm). Petite dégustation après notre maigre récolte ... Bon, on ne reviendra pas les mains vides. Un "Pipi boy" a pris ses quartiers à Pékin 😃 (Merci Elisabeth).

Télécharger
Ganbei version Alex et Arnaud
IMG_6678.MOV
Format Video QuickTime 16.5 MB
9 commentaires

Beach or jungle, that is the question !

Après les temples d'Ankgor, un peu de repos ... enfin version Back-Archambeau !

 

Pour rejoindre Sihanoukville, vol intérieur avec petit avion à hélices, j'étais contente d'embrasser le sol (comme JP II) ! En effet, j'ai un petit peu (un tout petit peu) peur de l'avion. Malgré les multiples explications de Gilles sur les progrès de l'aéronautique, je deviens blanche à la moindre petite zone de turbulence. Mais bon, avec mes pigeons voyageurs, je ne suis pas sortie de l'auberge ;) 

 

Le trajet aéroport - hôtel ne nous a pas emballés. Des travaux partout, des immeubles non terminés, du plastique à perte de vue, ...  Cependant, je ne peux pas avoir un avis objectif avec deux jours passés ici. Certains nous ont juste dit : c'est "un peu" la zone. Selon nos lectures, la ville serait en plein développement et prise d'assaut par nos compatriotes chinois qui construisent hôtels, casinos, discothèques, ... à la pelle. Par contre, la plage Sokha Beach était magnifique (long ruban de sable blanc ombragé par les palmiers) et finalement, c'est cela qu'on voulait. Nous avons donc profité à fond de notre environnement paradisiaque pour fêter le Nouvel An Chinois (新年快乐 - Xin nian kuai le). Alexandre a adoré dessiner les douze signes chinois dans le sable. Arnaud a profité de son siège et nous du coucher de soleil. Parfait ! Le lendemain, c'était menu "piscine / plage". Après avoir lu nos livres, fait nos longueurs en améliorant notre style, nagé sous l'eau avec les petits sur le dos, observé les habitudes de nos amis Chinois autour d'une piscine, ... On était prêts pour un peu plus de sensations et à Koh Rong Island, on a fait le plein !

 

Malgré une attente un peu longue pour la voiture réservée initialement à 8H25 et, ... qui n'est jamais arrivée. Et après avoir posé 100 fois la question : "Vous êtes certains qu'on ne va pas rater le bateau ? Non, non, Monsieur, le bateau vous attend (c'est cela oui ;)) et la voiture va arriver :) No Problem, no problem, no problem, ... " Gilles commençait un peu à s'énerver (fait assez rare pour être mentionné). Finalement, après un trajet épique (dur dur les montées avec quatre personnes à l'arrière d'un tuk tuk), on était installé dans le bateau prêts pour une heure de traversée !

 

Directement sur l'île, nous décidons de louer des scooters pour quitter la zone fort fréquentée du petit port (cafés, guest houses, petits restos, ...). Après quelques recommandations des routes à prendre ou non (hum, hum), nous voilà cheveux au vent avec nos petits loups à l'arrière. Après cinq kilomètres, nous longeons des plages  de sable blanc désertes avec une eau translucide. Splendide ! Premier arrêt. L'eau est délicieuse. Nous remontons sur nos bolides pour tenter une autre plage. Bien sûr, pas d'écriteau, pas de direction et on se retrouve finalement dans une forêt avec des descentes (et montées of course), de belles grosses pierres par terre (non Gilles, je n'exagère pas !), des passages sur des ponts et la naissance d'un manque de confiance de mon côté. Malgré des passages réussis haut la main, je commence à sentir une certaine fatigue (crainte) ... et l'erreur technique arrive à du 5 km/h (Gilles dit 2) peut-être la raison de la suite à savoir ... la chute ! Heureusement, plus de peur que de mal (c'est moi qui me suis tout pris, Arnaud n'a rien). Après discussions, on décide qu'on ne verra pas Lonely Beach (elle portait bien son nom celle-là. I feel lonely, I'm so lonely, I feel so low ...). Qui dit demi-tour, dit retour en arrière, même chemin, ... On échange nos motos (celle de Gilles est plus stable et il le reconnaît), nos coéquipiers (Alex me fait des séances de garde confiance, tu vas y arriver, je crois en toi. Futur psy ce petit ?) et Gilles s'amuse à faire des A/R pour les passages que je ne veux plus faire. Il me confiera plus tard qu'il aimait bien ce petit côté technique (Pffff).

 

On se retrouve enfin sur la magnifique plage de Long Beach et on n'hésite plus : on plonge. Les blessures seront vite nettoyées (vive les cours de secourisme) et le côté "love fun paradis" retrouvé. On ne fait que profiter. L'heure tourne malheureusement. Il est temps de retrouver le monde. En passant dans un mini village, Alexandre me dira qu'il n'y a que des Hipsters ici (c'est vrai que le côté barbu à tatouages est fort présent) et me rejouera en boucle le sketch de Norman le youtuber.  J'adore le concept ;)

 

Avant de reprendre le bateau, retour à la réalité en observant ces courageuses dames qui ramassent sans relâche les déchets qui s'échouent sur la plage. Avec "Black" de Pearl Jam (musique de fond dans le café), les larmes me montent directement aux yeux. Je les garderai pour moi derrière mes grosses lunettes de soleil. Je peux déjà vous dire que ce voyage m'a retournée par ces contrastes.

 

Retour en bateau version "Sardines, tangage, roulis, sac en plastique et vomi". Les pieds du Monsieur derrière Arnaud étaient contents :) Retour en tuk-tuk dans le trafic de Sihanoukville illuminé et gros dodo après cette journée d'aventuriers de seconde zone !

 

C'est avec des yeux d'enfants que nous avons fait le trajet vers notre nouvelle destination. Quatre heures de route en observant les villages, en admirant les paysages, ... pendant qu'Arnaud dormait à poings fermés et qu'Alexandre jouait à l'architecte Mine Craft. A l'arrivée, taxi bateau (20 minutes) sur la rivière Tatai pour atteindre le 4 rivers Floating Eco Lodge. Après deux gros hôtels, changement d'ambiance : glamping ou comment allier camping et glamour (hum hum). Intimité, calme, pas de réseau, pas de piscine et WELCOME TO THE JUNGLE (comme dirait ce bon vieux Axl Rose, clin d'oeil à Delphine). Lodge avec des tentes flottantes ou non (pour les familiales), un service et accueil irréprochables, un environnement magnifique, des sourires, des excursions diversifiées, un restaurant à l'écoute, ... Le tout construit  sur le modèle d'un éco-tourisme respectueux de la nature et de la population locale. Rien à redire à part vous conseiller d'y passer quelques jours. 

 

Donc, une fois les valises déposées, nous avons plongé dans la rivière, expérimenté la nage à contre sens (ou comment faire du sur place), fait nos aventuriers aquatiques (plus dans mon élément que sur un deux-roues), improvisé le scénario d'un nouveau film d'horreur (La loutre), ... On a bien rigolé (j'assume qu'on est un peu gamin). Ensuite, un peu de lecture et un UNO mémorable sur notre magnifique terrasse à l'ombre des palmiers.

 

Après une nuit écourtée pour moi (je ne sais pas pourquoi mais je me suis revue avec mes copains d'EAA en Egypte), nous prenons le large pour nous rendre aux cascades de la Rivière Tatai. Durant le trajet, nous admirons le paysage grandiose. Jungle luxuriante, large rivière paisible, zénitude garantie. Aux chutes, nous explorerons aussi bien l'amont (véritables piscines naturelles) que l'aval (débit moindre vu la saison sèche). L'eau y est claire et provient de la Chaîne des Cardamomes. Cette région est encore bien préservée. Nous passerons quatre heures à barboter, plonger, sauter, escalader, nous cacher sous les chutes, nous reposer (surtout Arnaud qui a un peu du mal avec les 35 degrés version humide) et faire un peu de kayak (pour Alexandre). Véritable terrain de jeux peu fréquenté et avec un guide vraiment sympa. Après cette journée, notre soirée fut calme, très calme. Du coup, le matin, j'étais en grande forme pour admirer le lever du soleil et essayer de voir les loutres pendant que mes trois loustics dormaient.

 

Notre sortie nous permettra de visiter une école (sans enfants car samedi), un village de pêcheurs et également faire du kayak dans la mangrove. Ce jour, lendemain d'une sortie aquatique intense, on sent les enfants fatigués (surtout le grand). Ils se reposeront sur le bateau. Nous profitons de ce silence. C'est rare de ne pas avoir Alexandre qui discute non stop (on se demande de qui il tient). Comme on s'en doutait l'école n'a rien à voir avec les nôtres. C'est intéressant de montrer aux enfants comment cela se passe ici. Le guide nous montrera l'alphabet Khmer. Pour nous, c'est du chinois mais avec des courbes. Il  nous expliquera également les difficultés rencontrées pour accéder aux écoles (en bateau), pour trouver des professeurs, ... En effet, on est complètement paumé dans la jungle (à une heure de bateau de la route principale). Ensuite, nous passerons un peu dans le village (je me sens toujours un peu gênée mais nous sommes toujours accueillis avec de grands sourires). Le guide nous informera que la langue thaï est très souvent parlée ici. Avant le génocide, cette région hébergeait de nombreux Thaïs installés depuis de nombreuses générations. Suite aux "Khmers rouges", la plupart sont repartis en Thaïlande tandis que d'autres se sont repliés dans la jungle ...

 

Après un bon repas pris sur le bateau, sortie sportive avec une promenade en kayak. Nous nous perdons dans la mangrove (brève définition : écosystème dynamique  caractéristique des littoraux tropicaux ou subtropicaux et constitué principalement de palétuviers, arbres possédant des racines échasses. Elle est extrêmement utile pour la protection des terres). Nous sommes impressionnés par ces arbres dont les branches et racines s'embrassent dans l'eau. On est seuls au monde accompagnés du chant des oiseaux. Les enfants reprennent vie et roucoulent aussi. Magique (Caro, rassure toi. Je n'avais pas 30 litres d'eau dans mon kayak comme en juillet). Nous rentrerons à l'hôtel bercés par le mouvement de la rivière Tatai. A la tombée de la nuit, une petite surprise nous attend avec la découverte d'arbres complètement illuminés : merci les lucioles !!! 

 

Et vous, vous êtes plutôt plage ou jungle ?

 

2 commentaires

Summer Palace ? Just a Stairway to Heaven ...

Octobre versus décembre, la découverte du Palais d'été sous deux angles différents !

 

Aussi incontournable que la Cité interdite, le Palais d'été (Yihéyuan - Jardin de l'harmonie préservée) était le lieu de villégiature des empereurs fuyant la fournaise estivale du centre. A l'origine, simple jardin impérial de la dynastie Ming, il fut construit par l'empereur Qing QianLong en 1750 pour célébrer l'anniversaire de sa maman. Il fit agrandir les jardins et approfondir le Lac Kunming par 100.000 ouvriers qu'il observait du haut de sa colline. Cette dernière a été modelée avec la terre draguée pour creuser le bassin. Le domaine s'étend sur 290 ha dont deux tiers sont occupés par l'immense lac. Au nord se dresse la "Colline de la longévité millénaire" sur les flancs de laquelle s'échelonnent temples et palais aux tuiles vernissées. Il y aurait 3.000 édifices, 420.000 arbres dont de magnifiques cyprès et saules pleureurs. 

 

Malheureusement, ce site a fait l'objet de nombreuses destructions durant la seconde guerre de l'Opium (1860), la révolte des Boxers (1900), ... L'impératrice douairière Cixi le fit reconstruire plusieurs fois (même le bateau de marbre a été refait) en grevant le budget initialement attribué au financement de la marine de guerre chinoise (hum hum). En 1949, il tomba une fois de plus en ruine. Il fut depuis totalement rénové. Cet ensemble majestueux est classé au patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco. Et on vous le dit, c'est SPLENDIDE !

 

En octobre, je l'ai visité avec l'association des parents (PA) de la BSB. Première sortie culturelle avec les mamans : magnifique occasion de rencontrer des personnes de tout horizon et de découvrir de nouveaux coins de Pékin. Notre temps étant compté (enfants oblige), nous avons privilégié les parties les plus connues. Nous avons traversé le pont aux Dix-Sept Arches (150 m) reliant la rive à l'île du sud. Il est orné de 544 statues de lions, toutes différentes. Nous avons observé les cerfs-volistes faisant virevolter leurs propres créations. Nous avons ensuite pris le bateau, reproduction de ceux d'autres fois, afin de nous rendre sur la Colline de la Longévité. Nous avons pu observer les palais dont le Pavillon des Fragrances bouddhiques (pagode octogonale composée de trois cercles de 40 piliers), lieu de culte tibétain. La salle des Nuages Ordonnés ou encore celle de la Bienveillance et de la Longévité ne se trouvent pas loin. Tous des noms qui invitent à la méditation ! Après la traversée, nous avons rendez-vous avec le fameux Bateau de Marbre où Cixi (et non Sissi) l'impératrice donnait ses fastueux banquets. Après un petit lunch argentin sympa agrémenté d'une vue imprenable sur les toits et Fragrant Hill, nous nous dirigeons vers un autre endroit mythique : le Long Couloir. Véritable galerie d'art de 728 mètres ornée de milliers de peintures aux thèmes variés : mythologie, animaux, littérature, théâtre, ... L'observation d'un maître de la calligraphie à l'eau clôturera cette superbe journée !

 

 

Début décembre, accompagnée de mes trois hommes et d'un collègue allemand, nous découvrons un paysage mystérieux : ciel couvert, soleil voilé et mer d'huile ! Le lac s'est transformé en un véritable miroir, ce qui accentue l'impression de calme. Nous avons donc droit à tous les édifices en double exemplaire : féérique ! C'est avec beaucoup de plaisir que les enfants courent et escaladent les rochers.  Avec leurs rires, ils se font vite repérer par les Chinois et leurs objectifs. Ils se prêtent au jeu des photos (quand tu commences, tu ne sais pas quand cela s'arrêtera). Ça fait sourire le collègue allemand qui sera également pris au piège. En effet, un homme blond de plus deux mètres, c'est un peu rare ici. Tout se fait dans la joie et la bonne humeur. Si les enfants disent non, ils le comprennent bien (et les prendront discrètement en faisant un selfie ...). En tout cas, cela plaît à Alex que je soupçonne sérieusement de tirer son bonnet pour montrer sa chevelure blonde vénitienne. En parlant de la  Capitale des Amoureux, il y a même un remake du pont des soupirs. Les bateaux à l'arrêt et décontenancés par le panneau "this way", nous avons décidé de faire une boucle autour du lac. Le lac commençant à geler à certains endroits, les enfants ont pris plaisir à faire glisser des pierres sur le miroir. Le son émis était enivrant (bon, c'est peut-être pas le bon mot ;) mais ça me parle bien). Comme vous l'avez compris, cette balade vivifiante a éveillé tous nos sens. Nous ne pouvons que vous recommander de passer au moins une journée  ou plusieurs demi-journées dans ce paradis digne de la peinture chinoise traditionnelle.

 

Jardin de l'harmonie vertueuse, Palais de la joie et de la longévité, Palais des vagues de Jade ... Vous en voulez encore ? Alors, rejoignez-nous pour voir le tapis de lotus couvrant le lac en été !

 

9 commentaires

From Hong-Kong with love

Premier city trip pour les petits Back ! Découverte de Hong-Kong, ville totalement différente de Pékin.

 

Nous avons profité d'un congé pédagogique pour faire une petite escale dans le Sud de la Chine. Occasion rêvée de retrouver un peu de chaleur avant d'affronter le froid de canard de Pékin :) Hong-Kong se situe à un peu moins de 2.000 kilomètres d'ici. Après trois heures d'avion, nous découvrons une ville toute illuminée avec d'énormes buildings. Nous prenons nos quartiers dans un petit appartement à 1h00 du matin. Pas de réveil prévu mais nos oiseaux gazouillent déjà à 7h00 du matin, prêts à explorer la ville. 

 

C'est donc munis de notre sac à dos que nous arpentons les rues en short (eh oui, mi-novembre, c'est 25 degrés ici). Premier arrêt près du quartier des affaires, photo traditionnelle sur les passerelles. On passe d'un bâtiment à l'autre via ces ponts. On lève la tête pour admirer les tours futuristes. Les galeries sont plus luxueuses les unes que les autres. Je ne regarde même pas les boutiques de grandes marques françaises et italiennes ... impayable :) Les filles, magnifiques, sont tirées à quatre épingles. Les hommes d'affaires défilent avec leur attaché caisse. Je n'en mène pas large avec mes chaussettes blanches ... Bon, on est des vrais touristes ou on ne l'est pas ! A la différence de Pékin, la majorité des personnes parlent anglais (ancienne colonie britannique redevenue chinoise en 1997). Heureusement, car ici, la langue, c'est le cantonais et c'est tout à fait différent du mandarin (9 tons, prononciations différentes, caractères traditionnels, ...). 

 

Nous traversons le jardin zoologique et botanique, écrin de verdure entouré de gratte-ciels. On découvrira des fontaines, des tortues, des papillons et des oiseaux de toutes couleurs ainsi qu'une diversité d'animaux. On décide de prendre un peu de hauteur en empruntant le funiculaire qui nous mènera sur le Victoria Peak (552 m). C'est de là qu'on peut (enfin si temps dégagé) admirer une vue imprenable sur Hong-Kong. Le panorama urbain est à couper le souffle. Tout est fort condensé vu la configuration de l'île. Petite balade pour faire le tour du pic. On choisira également l'option "à pied" (mais avec un passage via Nicole) pour redescendre au vu de la file du tram. On croise des motivés qui montent en courant ;) Allez, ce sera notre objectif 2020 (mais sur la Grande Muraille). Cela nous a donné soif de les voir, un petit arrêt vient bien à point. De notre terrasse, nous sommes étonnés du calme malgré la circulation (ça klaxonne beaucoup moins qu'à Pékin) et la foule. Les bars se remplissent petit à petit. Les happy hours fleurissent partout. On se dit que cela doit être une chouette ville pour de jeunes expats spécialistes de la finance !

 

Les lumières commencent à se faire belles. Nous déambulons dans les rues et découvrons un Hong-Kong plus traditionnel avec ses échoppes, ses restos ambulants, ses vendeurs de poissons, de krupuks, d'encens,  ...  Notre estomac commence à crier famine. Hong-Kong est très réputé pour sa gastronomie raffinée. On peut y trouver le restaurant étoilé (Tim Ho Wan) le moins cher du monde et spécialisé dans les dim-sums. Bon, nous on a envie de manger indien et on ne sera pas déçu. Nous arrivons tôt et avons la chance d'avoir une table avec une vue imprenable sur les tours illuminées. La nourriture est délicieuse, le décor magique, les enfants gentils : Ouawww !!! Bombay Dreams porte bien son nom. En parlant de rêves, il est temps de rentrer à la maison. Après leur marche de 19 kilomètres, Morphée a vite emballé nos enfants. 

 

Le deuxième jour est consacré aux petits avec la visite d'Ocean Park. Pour y accéder, nous empruntons le métro : facile, rapide, pas cher, propre. En un mot : EFFICACE ! Ocean Park est spécialisé dans le monde marin mais est également un parc d'attractions. Malheureusement pour nous (surtout pour eux), beaucoup étaient fermées dont celles de la partie "adventure" qui n'avait d'aventure que le nom du coup (remarque d'Alexandre). Les attractions sont plus proches de celles de la foire de Liège que de Phantasialand. Mais vu ma dernière expérience sur le XXL, personnellement, cela me suffit :) Par contre, le paysage est magnifique. Nous surplombons la mer. Le parc est séparé en deux par une montagne. Le trajet entre les deux parties se fait en funiculaire ou en téléphérique (beau panorama sur la mer et le littoral).

 

Nous avons adoré les multiples aquariums dont certains sont énormes et avec un tunnel aquatique. Nous avons observé longtemps l'éléphant de mer et la vie des pingouins. Nous nous sommes esclaffés devant la tête de poissons (gros cerveau, gros yeux, gros corps, ...). Nous sommes toujours aussi fan des méduses. La Chine étant le pays du panda, nous avons pu encore en rencontrer quatre ici. Pour information, ce parc comprend aussi des laboratoires de recherches et un pôle d'enseignement. 

 

La journée est vite passée et c'est avec un nouveau compagnon de route que nous avons quitté ce parc. Bienvenue à Yoshi gagné dans la joie et la bonne humeur :) Nous reprenons le métro pour nous rendre au Lady's Market avec un petit passage au Temple de Tin Hau (déesse de la mer et patronne des pêcheurs). Ce dernier est un peu perdu dans la jungle urbaine. Si vous aimez l'encens, vous allez être servi. Nous sommes impressionnés par "ses lampes odorantes". Après, place à la négociation pour acheter quelques petits cadeaux. Nous sommes coupés dans notre élan par Alexandre qui nous dit :"Dites, il faut qu'il gagne leur vie les gens". Du coup, je pense qu'ils ont fait une bonne affaire. Merci Alex et son grand coeur. 

 

On ne pouvait pas être à Hong-Kong sans la voir en version "By night". Chaque soir, un spectacle lumineux et musical permet de donner un autre visage à cette mégalopole. Les tours s'illuminent les une après les autres au gré des chansons. C'est sympa. Comme disait une copine, ça fait un peu Jean-Michel Jarre mais si tu es dans le coin, vas-y. Ensuite, nous avons pris le Star Ferry (pas cher du tout) pour rejoindre les gratte-ciel (traversée de l'île de Kowloon vers l'île de Hong-Kong). C'était vraiment une belle expérience. Bon, il commence à se faire tard. Dernière photo devant le magasin Apple avec le "fake" Lego "fake" Apple ;) Encore une belle balade de 18 Kilomètres pour les loulous. Ils sont rodés ces petits. 

 

Good Bye Hong-Kong

3 commentaires